Équateur : donner une chance en plus avec l’Alliance française

Ce programme d’égalité des chances entend donner à des jeunes issus de milieux défavorisés et observant d’excellents résultats scolaires l’opportunité d’apprendre le français. Une langue qui, à terme, pourra leur ouvrir les portes des études supérieures. Il permet par ailleurs au français de conserver une place dans le secteur public.

Comment ?

L’Alliance française a mis en place un programme de bourses et de parrainage. Lancé en 2012, le projet "Une chance en plus avec l’Alliance française" a abouti notamment grâce à l’implication des autorités locales (spécialement le ministère de l’Éducation). Il compte aujourd’hui 159 boursiers sur l’ensemble du pays. Grâce à un important soutien de la Mairie, l’Alliance française de Guayaquil dénombre un total de 130 boursiers, sur lesquels 111 sont actuellement inscrits aux cours de français. L’Alliance française de Quito compte pour sa part 29 étudiants bénéficiaires du programme, grâce notamment à l’appui d’entreprises locales.

Objectifs

Destiné aux collégiens d’établissements publics équatoriens, ce programme vise à :

  • lutter contre la disparition du français dans les collèges publics équatoriens ;
  • sensibiliser à l’égalité des chances et à la valeur humaniste de l’Alliance française ;
  • promouvoir le français langue étrangère et la francophonie ;
  • promouvoir l’enseignement supérieur français.

Acteurs et partenariats noués

Les parrains (institutions éducatives, municipalités, entreprises, etc.) s’engagent à financer les cours d’étudiants pour une durée de 200 heures d’apprentissage. A l’issue de chaque session, ils sont informés de la progression des étudiants qu’ils sponsorisent.

Afin de choisir des étudiants dont les profils correspondent aux critères de sélection établis, l’Alliance française s’appuie principalement sur des institutions éducatives. Celles-ci sont en effet à mêmes de repérer des candidats potentiels parmi leurs apprenants.

L’Alliance française joue un double rôle dans l’accompagnement des étudiants. Le département pédagogique s’occupe de répartir les boursiers dans les différents cours proposés par l’Alliance française. Depuis mars 2015, un système de soutien pédagogique sous forme de tutorat a été mis en place afin d’assurer le renforcement des acquis des étudiants présentant des difficultés, selon un programme personnalisé défini en fonction des besoins.

Et demain ?

De nouvelles demandes ont émané des parrains, souhaitant associer les profils des étudiants boursiers avec leur domaine d’activité. Pour un sponsor exerçant par exemple dans le secteur du chocolat, matière première de première qualité en Équateur, l’Alliance française recherchera un jeune se destinant à une carrière de pâtissier/chocolatier. L’objectif étant de cibler davantage les profils pour plus de cohérence entre les différents acteurs du programme.

A moyen terme, l’Alliance française pourra par ailleurs envisager de travailler avec certaines entreprises ayant déjà aménagé des programmes à visée sociale.

Enfin, l’Alliance française recherche toujours activement de nouveaux sponsors, l’objectif étant d’agrandir au maximum le cercle de parrains.

Liens utiles

La semaine prochaine, notre réseau innove en diversifiant ses ressources pour améliorer l’enseignement du français à Madagascar.

PLAN DU SITE