Attaque de Strasbourg - Action de la Cellule interministérielle d’aide aux victimes (18 décembre 2018)

À la suite de l’attentat terroriste de Strasbourg le 11 décembre dernier, la cellule interministérielle d’aide aux victimes (CIAV) a été activée par le premier ministre le soir même dès 22h30. Elle a été pleinement opérationnelle 24h/24 jusqu’à sa fermeture le 18 décembre.

La cellule interministérielle d’aide aux victimes est placée sous la direction du directeur du Centre de crise et de soutien du ministère de l’Europe et des affaires étrangères et est composée d’un état-major de gestion de crise, d’un dispositif de réponse téléphonique et d’une équipe de terrain.

Dans ce cadre :

  • les personnels du Centre de crise et de soutien du ministère de l’Europe et des affaires étrangères ont été immédiatement mobilisés dans les locaux du Quai d’Orsay, dès l’activation de la cellule par le premier ministre. Des agents des ministères de la Justice, de l’Intérieur (identification judiciaire et sécurité civile) et de la Santé ainsi que du Fonds de garantie des victimes d’actes terroristes et d’autres infractions (FGTI) ont rapidement rejoint la cellule.
  • des bénévoles de la Croix-Rouge française et des agents volontaires du ministère de l’Europe et des affaires étrangères ont également rejoint le Quai d’Orsay pour assurer la réponse téléphonique mise en place pour les victimes et leurs proches ainsi que pour les recherches de personnes.
  • ils ont, pendant une semaine, répondu nuit et jour à plus d’un millier d’appels effectués sur le numéro gratuit mis en place à cette occasion.
  • la cellule interministérielle d’aide aux victimes a assuré le lien avec les ambassades étrangères en France.
  • la cellule interministérielle d’aide aux victimes a complété le dispositif de la réponse d’urgence au niveau local : six agents de la CIAV (deux agents du Centre de crise et de soutien, deux agents du ministère de la Justice et deux agents du FGTI) ont été déployés dans la nuit du 11 décembre à Strasbourg. En lien avec la préfecture du Bas-Rhin, ils ont contribué à la mise en place et à l’action du centre d’accueil des familles (CAF), opérationnel dès le 12 décembre au matin. 54 agents de différents ministères et autorités ainsi que des représentants des associations d’aide aux victimes partenaires des autorités judiciaires affiliées ont assuré le fonctionnement de ce centre d’accueil des familles jusqu’au 18 décembre 2018.

Le suivi à long terme des victimes et des familles de victimes est assuré par la Délégation interministérielle à l’aide aux victimes (DIAV).