Académie diplomatique : une semaine pour découvrir les facettes de la diplomatie française

Partager

Les 150 lycéens et étudiants issus de la première promotion de l’Académie diplomatique d’été ont décroché le certificat « Talents de la diplomatie », au terme d’une semaine de découverte et de formation aux missions et aux métiers de la diplomatie.

Créée à l’initiative du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, la première édition de l’Académie diplomatique a rassemblé des jeunes lycéens et étudiants de tous horizons. Elle s’est tenue du 30 août au 3 septembre, à la Courneuve, sur le site des Archives diplomatiques.

Sur les 700 candidats à cette session, les 150 lycéens et étudiants retenus
ont pu bénéficier d’une immersion dans le quotidien de la diplomatie française. Au cours de cette semaine, ils ont eu l’occasion de découvrir la réalité du quotidien des agents du ministère, en France et partout dans le monde. En dialoguant avec des diplomates et des experts de tous niveaux de responsabilités, ils ont pu comprendre comment rejoindre le « Quai d’Orsay ».

Qui sont les académiciens et académiciennes ?
  • 2/3 de femmes
  • 79 % de boursiers
  • 2/3 d’étudiants et 1/3 de lycéens
  • 7 lycéens de l’étranger (réseau de l’AEFE)
  • 1/3 d’élèves de lycées ou universités de province.
  • 1/3 de parisiens
  • 1/3 issus des départements d’Ile de France, autres que Paris
  • 15% de participants du département de la Seine Saint-Denis

Aller chercher les talents là où ils se trouvent

Les académiciens et académiciennes ont été sélectionnés sur l’excellence des parcours et l’intérêt pour les métiers dans le domaine des relations internationales et diplomatiques mais une attention particulière a aussi été portée sur les critères sociaux. Cela traduit l’engagement du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) dans la promotion de la diversité et des talents. Avec cette semaine de découverte, il confirme son ambition d’œuvrer en faveur de l’égalité des chances en allant chercher ses futurs talents, partout où ils se trouvent. Une dimension de ce programme qui a séduit Danyel-Mehdi, lycéen en 1ère, spécialité Sciences politiques et géopolitique : « S’ouvrir à des profils divers, qu’ils soient issus de banlieues défavorisées ou de milieux plus privilégiés, c’est permettre à des vocations de se réaliser. »

Des échanges nourris et francs entre diplomates et académiciens

Le programme a démarré avec un mot d’accueil de Jean-Yves le Drian qui tenait à leur souhaiter la bienvenue et leur rappeler la raison d’être de cette initiative. « Une vraie diplomatie du XXIe siècle, c’est, en effet, une diplomatie capable d’échanger avec les États comme avec les ONG, les sociétés civiles ou encore le secteur privé. Et donc une diplomatie elle-même diverse, plurielle et portée par des femmes et des hommes issus de tous les horizons, aux profils les plus divers.  »

Cette intervention a donné le ton d’une semaine sur les chapeaux de roues ponctuée par des séances de discussions et d’échanges animés par des agents du ministère de tous niveaux hiérarchiques et des personnalités extérieures qui assurent des missions très variées.
Face à eux, des académiciens motivés, renseignés, et n’hésitant pas à les questionner franchement sur des points aussi divers et sensibles que la diversité des voies d’accès au Quai d’Orsay ou la réelle marge de manœuvre d’un diplomate en temps de crise.

Demain diplomates : quand une lycéenne échange avec un consul

La diplomatie, un métier aux mille facettes

Les académiciens ont aussi pu participer à des ateliers pratiques sur la rédaction d’une note diplomatique, s’exercer à la prise de parole publique ou s’essayer à l’organisation d’une conférence de presse avant de pouvoir profiter d’une visite privée de l’Hôtel du Ministre, situé au 37 Quai d’Orsay.

Autant d’expériences et de rencontres permettant de découvrir la réalité des métiers de la diplomatie. « J’ai découvert l’incroyable mobilité des agents qui sont amenés à bouger et à déménager très régulièrement. », souligne Eva, 16 ans, lycéenne à saint Germain en Laye. Et d’ajouter : « Je ne m’imaginais pas non plus que le personnel d’une ambassade était amené à gérer autant de crises. C’est en fait un métier d’action. Et ça me plaît ! ».

Demain diplomates ?

L’ambition de l’Académie diplomatique d’été est de familiariser des jeunes aux métiers de la diplomatie à des moments clés de leur orientation, et de les convaincre qu’une carrière au sein du MEAE leur est tout à fait accessible.
Titulaires du certificat « Talents de la diplomatie », les 150 académiciens vont intégrer le réseau des « Alumni » de l’Académie diplomatique d’été. Le ministère veut tisser une relation particulière, dans la durée, avec eux (offres de stages, de vacations, éventuellement coaching en amont de concours, etc.). L’objectif est ainsi de susciter des vocations et d’enrichir un vivier de futurs diplomates représentatifs de notre société qui s’étoffera, d’année en année.

En effet, devant le succès de cette première édition, le Quai d’Orsay a d’ores et déjà prévu de renouveler l’opération en 2022.

Retour en images

Consulter l’album-photo de l’Académie diplomatique d’été sur Flickr

Discours de Jean-Yves Le Drian à l’Académie diplomatique d’été 2021 - le 30 août 2021

Demain diplomates : Sybille Mert, sous-directrice de la formation et des concours

Demain diplomates : quand un lycéen rencontre une conseillère auprès du ministre

Demain diplomates : quand un étudiant échange avec une ambassadrice

Retour en images sur l’Académie Diplomatique d’été

Programme de l’Académie diplomatique d’été