Le blogue du philosophe MAO, gourou ès OI (publié le 19.12.18)

Titulaire d’un doctorat en sciences DFI, le gourou philosophe MAO* répond à vos questions sur le meilleur moyen d’accéder au nirvana des organisations internationales.

N’hésitez pas à lui écrire en indiquant dans l’objet de votre courriel : "Question pour le gourou MAO"**.

Nous avons reçu une lettre manuscrite avec accusé de réception d’Allibert*** :

« Cher gourou MAO,

J’ai fait le tour de T-L-F***, mon village natal, et il est grand temps pour moi de prendre mon envol. Je pense être un candidat idéal pour les organisations internationales car je parle bien l’anglais, je suis très ouvert et mobile et, en tant qu’homme d’action, je suis prêt à aller sur le terrain.

J’ai regardé les possibilités, et soumis mes projets à ma famille. Nous avons conclu qu’à Paris ou en région parisienne - sur le terrain déjà, mais encore à une distance raisonnable de T-L-F*** - l’offre ne manque pas. Mes diplômes et mon expérience me porteraient plutôt vers l’OCDE ou la banque de Développement du Conseil de l’Europe.

Ma chère et tendre me fait remarquer que le Bureau international des Poids et mesures ou EUROCONTROL à Brétigny-sur-Orge pourraient également être des options sur des postes de support (c’est elle qui m’a aidé à établir mon CV en mettant en avant mes compétences). La région parisienne ne lui fait pas peur, elle y a passé des vacances dans son enfance. Elle consentirait aussi éventuellement à envisager de peut-être déplacer provisoirement la famille à Lyon, où l’on mangerait bien, si je réussissais à décrocher un poste à INTERPOL. Genève lui semble trop loin même s’il y a l’ONU, pareil pour Bruxelles malgré l’OTAN, ou les institutions européennes, voire Londres qui accueille l’Organisation maritime internationale.

Au vu de l’ensemble de mon CV (j’attire notamment votre attention sur mes compétences en matière de gestion de ressources humaines et d’audit, ainsi que sur mes centres d’intérêt nombreux, de l’aviation à la tectonique des plaques, en passant par les polyphonies baroques et les préservation et restauration de la biodiversité via la gestion durable des forêts), que me conseillez-vous parmi toutes ces options ?

Dans l’attente de votre réponse.

Allibert (Bébert pour les copains) »

RÉPONSE DU GOUROU MAO :

Cher Allibert,

Votre confiance nous honore, à la veille de cette décision si importante pour toute votre famille. Et votre soif de mobilité nous ravit ! Un très beau proverbe dit : "C’est ton choix de naviguer sur de petites étendues d’eau ou de parcourir les océans". Votre choix est donc de vous intéresser au terrain, ce qui est une excellente décision pour qui veut travailler en organisation internationale. Les expériences sur le terrain, particulièrement dans les fonctions dites « de support » qui sont, par définition, transposables dans beaucoup d’organisations comme le dit justement votre épouse, sont fondamentales pour construire une carrière solide en OI. Seulement, pour les OI, être sur le terrain signifie s’éloigner des grands centres urbains où les organisations ont leur siège, et aller là où elles fournissent de l’aide concrète aux populations… Nous comprenons que, pour votre épouse, il n’est pas évident de quitter sa terre natale pour se confronter aux défis posés par le développement ou le changement climatique, s’intégrer dans une communauté multiculturelle, s’adapter à des conditions de vie difficiles pour servir une cause… Et il n’y a évidemment rien de mal à cela !

Mais étant donné vos contraintes, puisque votre famille tient à rester en France, et outre les entités que vous avez citées, pourquoi ne pas envisager également la Communauté du Pacifique (CPS) ou encore, eu égard à votre fibre environnementale, le Programme régional des océans et pour l’environnement (PROE) ? En tout cas, suivez les conseils de votre épouse pour l’établissement d’un CV dynamique (mais sans photo) où figureront clairement vos compétences ! Et n’oubliez pas que votre lettre de motivation devra reprendre les compétences et qualités requises par la fiche du poste auquel vous candidatez, mises en perspective pour former un tout qui donne envie au recruteur de passer à la deuxième étape…

En conclusion, gardez en tête que, de toute façon, élargir son horizon ne fait pas de mal au poisson.

MAO

==================================================
(*) MAO est chargée de communication à la DFI
(**) Le Gourou rassemblera vos questions et y apportera une réponse générique. Vos courriels au Gourou MAO peuvent d’ailleurs déjà avoir reçu une réponse dans un blogue antérieur. N’hésitez pas à consulter la rubrique dédiée
(***) Pour des raisons de confidentialité, la DFI se réserve le droit de modifier les prénoms et d’adapter le texte des courriels reçus.

PLAN DU SITE