Relations bilatérales

Relations politiques

La France a été l’un des premiers pays à s’exprimer en faveur du départ du président Saleh et à soutenir le plan du CCEAG, signé le 23 novembre 2011, en coordination avec l’UE et les Etats-Unis. Elle reconnaît la légitimité du Président Hadi et du gouvernement en exil et a co-parrainé, avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni, la résolution 2216 du Conseil de sécurité des Nations unies d’avril 2015 qui appelait à la reprise du dialogue, à une solution inclusive et imposait un embargo sur les armes et des sanctions individuelles contre les Houthis.

L’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour le Yémen, Ismail Ould Cheikh Ahmed, a été reçu à plusieurs reprises par les autorités politiques françaises.

Aide humanitaire

La France a annoncé 3,7 millions d’euros lors de la conférence des donateurs de Genève le 25 avril, puis a mobilisé par la suite des crédits supplémentaires. La France a ainsi alloué, en 2017, 4,3 millions d’euros d’aide humanitaire au Yémen à travers les organisations internationales Comité internationale de la Croix-Rouge, Programme alimentaire mondial, Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés) et les ONG (CARE notamment). Les projets soutenus dans secteurs de la santé et de la lutte contre la malnutrition permettent de lutter à la fois contre les risques de famine et l’épidémie de choléra.

Par ailleurs, la France a financé en 2017 près de 2 millions d’euros de projets d’ONG (contre 240 000 euros en 2016) au titre de la stabilisation. Les priorités de notre action au Yémen sont : le relèvement socio-économique local, le soutien aux personnes vulnérables et aux droits de l’homme, l’appui aux médias indépendants.

Le total de notre soutien humanitaire et de stabilisation en 2017 s’établit donc à 6,3 millions d’euros. 1,5 million d’euros seront par ailleurs mobilisés dès janvier 2018 pour lutter contre les risques de famine et la malnutrition.

Accueil d’étudiants yéménites en France

Une nouvelle coopération conclue entre la fondation Hadhramout pour le développement humain, fondation philanthropique visant à favoriser le développement du Yémen, et Campus France, opérateur du ministère de l’Europe et des affaires étrangères pour la promotion des études en France auprès des étudiants étrangers, a permis l’accueil en France, depuis la rentrée 2017, de 58 étudiants yéménites Une deuxième promotion de 50 étudiants est attendue dès septembre prochain pour intégrer des masters en France.

Mise à jour : 18.12.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE