Yémen - Q/R - Extrait du point de presse (22 mai 2018)

Q - Quel est l’objectif de la conférence sur le Yémen prévue le mois prochain en France ?

R - Parallèlement au travail en faveur d’une solution politique, la situation humanitaire au Yémen requiert une action immédiate. Les Nations unies considèrent en effet la crise yéménite comme l’une des plus graves au monde et ont placé le Yémen sur la liste des quatre pays en situation de pré-famine. 8,4 millions de personnes font face pour le moment à des pénuries alimentaires aiguës.

C’est dans ce cadre que le président de la République et le prince héritier d’Arabie saoudite sont convenus, le 10 avril, lors de la visite de ce dernier à Paris, d’organiser une conférence commune sur la situation humanitaire au Yémen.

Cette conférence, dont nous préparons les modalités avec les Nations unies, les principaux pays impliqués dans le conflit et sa résolution, et les organisations non gouvernementales opérants au Yémen, doit permettre de :

  • faire le point sur les besoins humanitaires, l’aide apportée et les mécanismes de réponse, qui doivent être améliorés ;
  • définir les actions humanitaires pour améliorer la situation des populations civiles.

Ce travail, que nous voulons collectif, pourra contribuer à recréer les conditions d’une reprise des discussions politiques sous l’égide des Nations unies.

La France rappelle que la protection des populations et des infrastructures civiles ainsi que l’accès complet, inconditionnel et sans entrave de l’aide humanitaire s’imposent à toutes les parties au conflit. Seule une solution politique permettra de stopper la dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire au Yémen et nous demandons aux parties yéménites de reprendre au plus vite et sans préconditions les négociations. Nous réitérons à cet effet notre soutien aux efforts de l’envoyé spécial des Nations unies, M. Martin Griffiths.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE