Yémen - Q&R - Extrait du point de presse (2.11.18)

Q – Les États-Unis ont appelé à ce que les armes se taisent sans délai pour laisser place à la négociation au Yémen. Qu’en pense la France ?

R – La France, avec ses partenaires, demande à ce que les armes se taisent enfin et sans délai pour laisser place à la négociation au Yémen. La France appelle l’ensemble des parties engagées dans le conflit à cesser leurs actions militaires respectives. Elle soutient sans réserve les efforts de l’Envoyé spécial des Nations unies, Martin Griffiths, pour ramener les parties au conflit au Yémen à la table des négociations, avec l’objectif d’une reprise des pourparlers dès ce mois-ci. La France souhaite que le travail que M. Griffiths a engagé sur des mesures de confiance puisse permettre le plus rapidement possible d’améliorer la situation humanitaire de la population.

Comme l’a rappelé la Ministre des Armées, Mme Florence Parly, ce conflit qui engendre une crise humanitaire majeure doit cesser, et seule une solution politique permettra d’y mettre fin.

La France rappelle enfin que les obligations découlant du droit international humanitaire, en particulier la protection des civils, la sécurité des personnels humanitaires et médicaux et le libre accès humanitaire, s’imposent à toutes les parties au conflit.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE