Yémen - Q&R - Extrait du point de presse (04.06.18)

Q – La conférence humanitaire sur le Yémen, co-présidée avec l’Arabie Saoudite, ne risque-t-elle pas d’être compromise par l’offensive de la coalition saoudienne sur la ville d’al Hudaydah ?

R – L’urgence de la situation humanitaire au Yémen rend indispensable l’organisation de la conférence dont sont convenus le président de la République et le prince héritier d’Arabie saoudite. Nous préparons cette rencontre qui se tiendra le 27 juin prochain, en présence des représentants des Etats et agences internationales concernés.

Cette rencontre devra aborder l’ensemble des difficultés liées à l’accès et à la distribution de l’aide à la population yéménite. L’accès au port de Hodeïdah, qui est un élément-clef pour acheminer les biens commerciaux et humanitaires aux populations civiles, y sera notamment abordé.

La France rappelle que la protection des populations et des infrastructures civiles ainsi que l’accès complet, inconditionnel et sans entrave de l’aide humanitaire s’imposent à toutes les parties au conflit.

Elle souligne que seule une solution politique négociée permettra de mettre fin à la guerre au Yémen et d’arrêter la dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire au Yémen, en particulier s’agissant d’Hodeïdah. L’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies travaille, avec notre plein soutien, à cette solution, qui, le moment venu, impliquera que les parties yéménites reprennent au plus vite et sans préconditions les négociations.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE