Présentation du Vanuatu

Partager

Données générales

VANUATU {JPEG}

Nom officiel : République du Vanuatu
Nature du régime : République parlementaire
Chef de l’Etat : M. Nikenike VUROBARAVU

Données géographiques

Superficie : 12 189 km²
ZEE : 680 000 km2
Capitale : Port-Vila
Villes principales : Port-Vila, Luganville.
Langues officielles : bichelamar, anglais, français.
Monnaie : Vatu.

Données démographiques

Population : 314 464 habitants (Banque mondiale 2021).
Densité : 24 hab/ km².
Croissance démographique : 2.4 % (Banque mondiale 2021).
Espérance de vie : 71 ans (Banque mondiale 2020).
Taux d’alphabétisation : 88 % (Banque mondiale 2018).
Religions : 83% de la population est chrétienne, dont 32% presbytérienne, 13% catholique, 13% anglicane, et 11% adventistes du septième jour.
IDH : 0,609 (140ème sur 189)

Politique intérieure

Structurellement fragile, marqué par son relatif isolement géographique, son caractère archipélagique (plus de 80 îles), la République du Vanuatu était l’un des quatre pays les moins avancés (PMA) en Océanie jusqu’au 4 décembre 2020, date à laquelle le pays est sorti de cette catégorie. Le pays présente une forte vulnérabilité aux risques naturels : les dégâts liés au cyclone Pam de 2015 ont représenté deux tiers du PIB, le cyclone Harold a détruit 80% des habitations dans la province de Sanma en avril 2020.

Le Vanuatu a longtemps souffert d’une instabilité gouvernementale chronique jusqu’à l’élection du francophone Charlot SALWAI au poste de Premier ministre. Celui-ci a conservé ses fonctions de 2016 à 2020, offrant au pays un record de stabilité politique. Le 20 avril 2020, Bob LOUGHMAN a été élu Premier ministre. Une dissolution du Parlement en août 2022 a provoqué la tenue d’élections parlementaires anticipées en octobre 2022. Début novembre 2022, Ishmael KALSAKAU est devenu le 13ème Premier ministre du pays.

Le Vanuatu a été épargné par l’épidémie de Covid-19 jusqu’au 5 mars 2022, date de la découverte du premier cas de transmission communautaire. Au 31 août 2022, on compte 14 décès et 11793 cas. La décision de la fermeture des frontières, prise le 20 mars 2020 pour empêcher la propagation du virus, a entraîné de lourdes conséquences pour l’économie, très dépendante du tourisme, secteur qui contribuait, avant la pandémie, à hauteur de 40% au PIB et employait près de 15% de la population active. Près de 80% de la main-d’œuvre est employée dans l’agriculture, à l’origine de près de 80% des exportations (huile de coco, coprah, viande de bœuf, kava). Les frontières ont rouvert en juillet 2022.

Politique étrangère

Le Vanuatu a fait du soutien à la décolonisation un des axes principaux de sa diplomatie. Membre actif et Etat du siège du Groupe du Fer de Lance mélanésien (GFLM) créé en 1988, il appuie systématiquement ses « frères mélanésiens » dans leur lutte pour l’émancipation, que ce soit en Nouvelle-Calédonie ou en Papouasie occidentale.
Sur le plan environnemental, le Vanuatu a initié en juillet 2022 une campagne dans le Pacifique Sud pour demander à la Cour Internationale de Justice de donner un avis sur la question de la responsabilité juridique des Etats pour les dommages causés à l’environnement. Cette initiative, soutenue par l’Organisation des Etats Africains, Caribéens et du Pacifique, place le Vanuatu comme un acteur de premier plan dans la création d’un système de régulation international des émissions de gaz à effet de serre.

Situation économique

Le Vanuatu demeure très dépendant des bailleurs internationaux, l’aide au développement contribuant largement à la croissance du pays (501 USD (500 EUR) par tête en 2020 selon les estimations de la Banque Mondiale). L’Australie s’impose à ce titre comme le premier fournisseur d’aide publique au développement, avec 46 M AUD (31,5 M EUR) de fonds octroyés sur la période 2020-2021. La Nouvelle-Zélande apporte également un fort soutien économique et financier au Vanuatu. En parallèle des accords bilatéraux de libre-échange, le Programme d’aide néo-zélandais a investi 39,2 M NZD (24,3 M EUR) pour le développement du pays en 2021. L’étroite collaboration avec l’Australie a également permis l’acheminement de vaccins et de matériel sanitaire lors de la pandémie de SARS-COVID-19, pour un total de 162 M VUV (1,4 M EUR).

La République populaire de Chine s’impose progressivement parmi les principaux bailleurs du pays. Elle détient à ce titre plus de 50 % des 354,4 M USD (353,1 M EUR) de dettes extérieures du pays au titre de l’année 2020. L’Union européenne (31 M EUR au titre du 11ème FED – 2014-2020), et le Japon développent également d’importants programmes d’assistance dans le pays. Alors que le Vanuatu est relativement épargné par l’épidémie de Covid-19 (une dizaine de cas déclarés par mois dans le pays), la décision de la fermeture des frontières, prise le 20 mars 2020 pour empêcher la propagation du virus, a entraîné de lourdes conséquences pour l’économie, très dépendante du tourisme, entraînant la mise au chômage de 3000 personnes. Ce secteur contribuait à hauteur de 40% au PIB et employait près de 15% de la population active avant la pandémie. Face à la situation, le gouvernement vanuatais a décidé en 2021 un plan de relance à hauteur de 1,2 Mds VUV (8,5 M EUR) en soutien aux secteurs primaires (agriculture, exploitation des matières premières).

Près de 80% de la main-d’œuvre est employée dans l’agriculture, à l’origine de près de 80% des exportations (huile de coco, coprah, viande de bœuf, kava).

Mise à jour : 25.01.23

Informations complémentaires