Présentation de l’Ukraine

La France a établi des relations diplomatiques avec l’Ukraine très rapidement après son indépendance, le 24 janvier 1992. Les relations franco-ukrainiennes connaissent un nouvel essor depuis la « Révolution de la Dignité » de 2014. La France est impliquée aux côtés de l’Allemagne au sein du format Normandie pour trouver une solution au conflit dans la région du Donbass.

Données générales

UKRAINE {JPEG}

Présentation du Pays

Nom officiel : Ukraine
Chef de l’État : Volodymyr Zelenskiy (Président) élu le 21 avril 2019, investi par la Rada le 20 mai 2019.

Données géographiques

Superficie : 603 700 km².
Capitale : Kiev.
Villes principales : Kharkiv, Dnipro, Odessa, Donetsk, Lviv.
Langue officielle : ukrainien. Le russe est couramment parlé à Kiev est dans les régions de l’Est et du Sud.
Monnaie : Hryvnia (UAH)
Fête nationale : 24 août.

Données démographiques

Population : 44 millions d’habitants (2018) soit 75 hab./km².
Croissance démographique annuelle moyenne (2010-2015) : - 0,6 % (PNUD).
Espérance de vie (2016) : 71 ans (femmes : 76,1 ans ; hommes : 66,3 ans ; source : OMS).
Taux d’alphabétisation : 99,8 %.
Religion(s) : environ 75 % des Ukrainiens se disent croyants. 37,5 % se réclament d’une confession.
Indice de développement humain : 88e rang (classement PNUD 2018).

Principales données économiques

(source : DG Trésor)
Consulter la fiche pays économique sur le site du Trésor

PIB (2017) : 105 Mds USD (sans la Crimée – source : FMI).
PIB par habitant (2016) : 2 500 USD (2013 : 3 960 USD/hab., avant la dévaluation de la hryvnia.).
Salaire moyen : 220 USD.
Taux de croissance (2018) : 3,3 %
Taux de chômage (2018) : 8 %.
Taux d’inflation (2018) : 9,8 %
Solde budgétaire (2017) : - 3 % Balance commerciale (2017) : - 0,2 % du PIB (DGT).
Déficit budgétaire (2017) : 2,3 % du PIB
Dette publique (décembre 2018) : 62 % du PIB (2014 : 72,7 %)
Part des principaux secteurs d’activité dans le PIB (2016) : Agriculture (38 %) et Industrie (métallurgie) (28 %)
Exportations de la France vers l’Ukraine (2017) : 850 €.
Importations françaises depuis l’Ukraine (2017) : 515 €.

Présence française

Consulat général de France : Kiev.
Communauté française en Ukraine : 940 personnes inscrites au registre.
Site Internet de l’ambassade de France en Ukraine : http://www.ambafrance-ua.org/

Éléments d’actualité

Politique intérieure

L’Ukraine a connu depuis 2014 une période de transition sans précédent : après la « Révolution de la dignité » (Euromaïdan), Kiev a entrepris un processus ambitieux de démocratisation et de réformes économiques dans un contexte difficile de conflit avec la Russie (annexion illégale de la Crimée en mars 2014, suivie de la déstabilisation des oblasts de Louhansk et de Donetsk). Selon l’ONU depuis 2014, le conflit russo-ukrainien a fait près de 13 000 morts (dont 3 000 civils) et 25 000 blessés. Il a entraîné le déplacement de 2,7 millions de personnes, dont près de 1,7 million de déplacés internes en Ukraine, près de 1 million de déplacés vers la Russie, et 81 000 vers la Biélorussie.

L’élection présidentielle ukrainienne, dont le second tour s’est tenu le 21 avril 2019, a porté à la présidence l’acteur Volodymyr Zelenskiy avec 73,23 % des suffrages, contre 24,45 % des voix pour le président sortant, Petro Porochenko. V. Zelenskiy a été donné largement vainqueur dans toutes les oblasts (régions) d’Ukraine, à l’exclusion de celui de Lviv et des bureaux de vote à l’étranger. Le président sortant a reconnu sa défaite dès le soir de l’élection, ouvrant la voie à une nouvelle alternance démocratique (la quatrième depuis l’élection présidentielle ukrainienne de 2004).

Le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme (BIDDH) de l’OSCE a salué dans un rapport préliminaire une élection compétitive, qui s’est déroulée dans le respect des droits fondamentaux. Le groupe des ambassadeurs du G7 à Kiev a également salué un « processus électoral crédible », qui a permis aux citoyens ukrainiens d’exercer démocratiquement leurs droits.

Le Président de la République été parmi les premiers dirigeants européens à appeler le Président nouvellement élu pour le féliciter. Le Président de la République a réaffirmé le soutien de la France à la poursuite des réformes en Ukraine, à la lutte contre la corruption et à la consolidation de l’état de droit. Il a également rappelé que la France restait fermement attachée au plein rétablissement de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine dans ses frontières internationalement reconnues, et à la mise en œuvre effective des accords de Minsk sur le conflit dans le Donbass. Il a à cet égard réitéré sa disposition à poursuivre l’engagement de la France pour la résolution du conflit, aux côtés de l’Allemagne, dans le cadre du format dit "de Normandie".

Volodymyr Zelenskiy a été investi par le Parlement ukrainien (Rada) le 20 mai. Le Président d’Ukraine a annoncé lors de son discours d’investiture la dissolution de la Rada, et l’organisation de législatives anticipées le 21 juillet 2019.

Situation économique

L’Ukraine bénéficie d’une situation géographique enviable (route de transit, terres fertiles, proximité de l’Europe) et d’une main d’œuvre qualifiée. Après une forte récession à la suite de l’annexion de la Crimée et de la déstabilisation du Donbass (- 7 % en 2014 puis - 9,8 % en 2015), les indicateurs économiques sont redevenus positifs à partir de 2016, se confirmant en 2017 et 2018. Avec un PIB de 105 Mds $ en 2017 (hors Crimée), l’Ukraine devrait atteindre une croissance annuelle de 3,3 % selon le FMI et la Banque centrale. Le taux de chômage y est relativement élevé (8 % à la fin du 3e semestre 2018), tandis que près de 3,2 millions d’Ukrainiens travaillent de façon permanente à l’étranger, le pays recevant d’importants transferts de la part des migrants.

L’Ukraine a bénéficié d’une importante aide financière du FMI depuis 2014 (4,6 Mds $ versés en 2014, puis 8,4 Mds $ décaissés de 2015 à 2019). Le FMI a conclu un nouvel accord avec l’Ukraine en décembre 2018 pour un montant de 3,9 Mds$ sur 14 mois, afin de sécuriser ses progrès en matière de stabilisation macroéconomique et de consolider les réformes réalisées ces dernières années.

Néanmoins de nombreux efforts restent à accomplir en matière de gouvernance et de réformes : les nombreuses entités de lutte contre la corruption (Bureau national anticorruption ; procureur anti-corruption…) fonctionnent sur fond de rivalités. Une Haute-Cour anticorruption a été créée en 2018, et devrait entrer en fonction en septembre 2019. La réforme du système judiciaire, sans laquelle les autres réformes ne pourront être suivies d’effets, sera également essentielle.

Politique étrangère

Processus de Minsk et participation de l’Ukraine aux négociations en format Normandie :

La crise dans le Donbass fait l’objet de discussions dans deux formats distincts :

  • Le format Normandie, qui réunit la France, l’Allemagne, la Russie et l’Ukraine.
  • Le Groupe de contact trilatéral, qui réunit des représentants de la présidence en exercice de l’OSCE (en 2019, la Slovaquie), de la Russie et de l’Ukraine et associe des représentants séparatistes. En outre, quatre groupes de travail ont été mis en place sous l’égide du Groupe de contact trilatéral pour faire avancer la résolution de la crise dans les domaines de leur compétence (sécurité, politique, économie et humanitaire).

Le Paquet de mesures pour la mise en œuvre des accords de Minsk du 12 février 2015 (dit « Minsk 2 ») fixe la feuille de route pour le règlement du conflit. L’esprit de cet accord est de faire avancer conjointement, sans logique de préalables, l’amélioration de la situation sur le terrain et le processus politique, qui vise à réintégrer les zones séparatistes dans le cadre de la souveraineté ukrainienne selon un modèle décentralisé. Il a été négocié en format Normandie au niveau des chefs d’État et de gouvernement, qui l’ont endossé par une déclaration conjointe. Il a été signé par le Groupe de contact trilatéral ainsi que les anciens représentants de facto des deux entités séparatistes. La résolution 2202 du Conseil de sécurité des Nations Unies, adoptée le 17 février 2015, a appelé à la pleine mise en œuvre de ce Paquet.

Les relations avec la Russie se sont fortement dégradées depuis l’annexion illégale de la Crimée par la Russie (18 mars 2014) et le début du conflit dans le Donbass. Depuis 2015, les liaisons aériennes sont interrompues. Depuis le 1er janvier 2018, l’Ukraine a instauré le contrôle biométrique à sa frontière avec la Russie. L’Ukraine n’achète plus de gaz à la Russie. Le président Porochenko a signé au mois de septembre 2018 un décret mettant fin au traité d’amitié qui liait l’Ukraine à la Russie depuis 1997. L’incident naval du 25 novembre 2018 à proximité du détroit de Kertch a provoqué un pic de tensions.

L’Ukraine cherche à diversifier ses contacts extérieurs. Elle entretient des relations privilégiées avec le Canada (qui compte une large diaspora ukrainienne), avec la Pologne (2 M d’Ukrainiens disposant d’un permis de travail polonais), et avec la Turquie (1 M de touristes ukrainiens en 2016). L’Ukraine a signé un accord de libre-échange avec le Canada en 2017, puis avec Israël en janvier 2019.

Relations avec l’Union européenne

L’Ukraine est un partenaire prioritaire de l’UE dans le cadre de la Politique européenne de voisinage et du Partenariat oriental lancé au sommet de Prague en 2009. L’UE est dorénavant le premier partenaire commercial de l’Ukraine.

Le changement de pouvoir à Kiev en février 2014 a conduit à une réactivation rapide de la relation UE-Ukraine. L’Union européenne a levé le régime de visa pour les courts séjours avec l’Ukraine le 11 juin 2017. L’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne, signé en 2014, est entré en vigueur le 1er septembre 2017. Le 5 mars 2014, la Commission européenne avait adopté un ensemble de mesures d’aide financière s’élevant, pour la période 2014-2020, à 11 milliards d’euros, sous forme de prêts et de subventions issus du budget de l’UE et d’institutions financières internationales établies dans l’UE. Ces mesures visent à : 1/ aider l’Ukraine à stabiliser sa situation économique et financière ; 2/ soutenir la transition ; 3/ encourager les réformes politiques et économiques ; 4/ favoriser un développement inclusif.

L’UE a mis en place trois assistances macro-financières (AMF), qui ont permis le déboursement de 2,8 Mds€ au total (1,6 Md € au titre des AMF I et II, puis deux premières tranches AMF III, soit 1,2 Md € sur 1,8 Md € initialement prévus). Le décaissement de la 3e tranche de 600M€, prévu fin 2017, n’est pas intervenu, dès lors que l’Ukraine n’avait pas mis en œuvre plusieurs conditionnalités (lutte anti-corruption, secteur énergétique, réforme des retraites, privatisation des entreprises publiques). L’Union européenne et l’Ukraine ont signé le 14 septembre un Memorandum of understanding visant à allouer un milliard d’euros supplémentaire à l’Ukraine (deux décaissements successifs de 500 millions d’euros, dont le premier versement est intervenu le 30 novembre 2018).

Mise à jour : 29.05.19

Informations complémentaires

PLAN DU SITE