Ukraine - Q&R - Extrait du point de presse (4 octobre 2019)

Q : Les décisions agréées ces derniers jours dans le cadre des négociations sur le conflit dans l’Est de l’Ukraine traduisent-elles une nouvelle approche des négociations par les parties ? Est-ce une capitulation de l’Ukraine comme certains le disent à Kiev ?

R : J’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer sur les progrès intervenus récemment dans ces discussions, et notamment lors de la dernière réunion du « groupe de contact » le 1er octobre dernier. La France se félicite de ces avancées, les plus importantes depuis trois ans, qui doivent beaucoup à la détermination du nouveau président ukrainien Volodymyr Zelenskiy à trouver une solution durable au conflit. Elles ont été favorisées par les négociations intenses menées au sein du format dit de Normandie, auquel participent la France et l’Allemagne. Les progrès obtenus récemment portent sur le désengagement comme sur les conditions d’entrée en vigueur du futur statut de certains territoires des régions de Donetsk et Louhansk, qui est un des nombreux points à régler dans le cadre de la résolution du conflit. Sur cet aspect, ils ne font que reprendre les termes de la « formule Steinmeier » qui avait déjà été agréée par les chefs d’État et de gouvernement d’Ukraine, de Russie, de France et d’Allemagne lors de leur sommet de Berlin du 19 octobre 2016 .

Informations complémentaires