Turquie - Combattants terroristes - Q&R - Extrait du point de presse (12 novembre 2019)

Q : Est-ce que les autorités turques vous ont informés de leur intention d’expulser 11 ressortissants français soupçonnés d’être djihadistes ? Au vu du protocole Cazeneuve, est-ce que Paris est obligé de les reprendre même s’ils ont été arrêtés en Syrie ?

R : Dans le cadre de la lutte contre Daech engagée depuis plusieurs années, la France et la Turquie veillent à se coordonner étroitement dans les cas où des ressortissants français liés à Daech se retrouvent sur le territoire turc, sous le contrôle des autorités turques. Cette coordination reste valable aujourd’hui. Je vous renvoie sur ce point vers le ministère de l’Intérieur.

La France souhaite poursuivre un dialogue étroit avec la Turquie concernant la situation dans le nord-est syrien et dans le contexte de la lutte contre Daech. Je vous rappelle que le Président de la République a fait part à cet effet de sa disponibilité à une rencontre au niveau des chefs d’Etat avec l’Allemagne, le Royaume-Uni et la Turquie.

La question des combattants de Daech est un enjeu essentiel de sécurité pour la France comme pour la Turquie. Il sera à l’ordre du jour de la réunion ministérielle de la Coalition contre Daech qui se tiendra à Washington le 14 novembre.

Informations complémentaires