Relations bilatérales

Relations politiques

La Tunisie est une priorité pour la France, comme en témoigne la densité des visites bilatérales. Très rapidement après son investiture, le président de la République a rencontré dès le 27 mai son homologue tunisien, le président Essebsi, en marge du sommet du G7 à Taormine. Une visite d’Etat du président de la République est prévue en Tunisie les 31 janvier et 1er février 2018.
Le Premier ministre a choisi d’effectuer en Tunisie sa première visite hors de l’Union européenne. Il a été reçu à Tunis le 5 octobre 2017 par le président Essebsi et le chef du gouvernement tunisien Youssef Chahed, avec lequel il a inauguré les « Rencontres Africa » et co-présidé le premier Haut conseil de coopération franco-tunisien. Ce Haut conseil de coopération vise à renforcer la coopération bilatérale dans quatre domaines prioritaires : l’économie, la sécurité, l’enseignement supérieur et la recherche, la culturel et la francophonie.

Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères a également fait le choix de la Tunisie pour son premier déplacement dans le monde arabe et sa première visite hors d’Europe, en effectuant une visite à Tunis les 4 et 5 juin 2017.
Le président Beji Caïb Essebsi a été reçu par le président de la République le 11 décembre, à la veille du sommet sur le climat auquel il a participé. Il a effectué une visite d’Etat en France en avril 2015 et une visite en novembre 2015, à la suite des attentats qui ont touché Paris. Le chef du gouvernement tunisien, M. Youssef Chahed, a effectué une visite officielle les 9 et 10 novembre 2016 à Paris.
Le président Hollande s’est rendu à trois reprises en Tunisie durant son mandat (visite d’Etat en juillet 2013, visite en février 2014 lors de l’adoption de la Constitution tunisienne, et mars 2015 après l’attentat du Bardo).

La France est mobilisée pour aider la Tunisie à relever les défis sécuritaires et économiques auxquels elle fait face. C’est dans ces domaines, et grâce à l’impulsion de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni, qu’une coopération locale en format G7 élargi se développe, depuis l’attentat de Sousse, le 26 juin 2015.

Visites

11 décembre 2017 : Visite de M. Béji Caïd Essebsi, président de la République, reçu par le président de la République à la veille du sommet sur le climat.

5 octobre 2017
 : visite de M. Edouard Philippe, Premier ministre, accompagné de Mme Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères et M. Benjamin Griveaux, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’économie et des finances

23-24 juillet 2017
 : visite de M. Gérard Collomb, ministre de l’intérieur

14 et 15 juillet 2017 : visite de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères

4 et 5 juin 2017
 : Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères

6-7 avril 2017
 : Visite de M. Bernard Cazeneuve, Premier ministre

24-27 Février 2017
 : Visite de M. Samir Taieb, ministre de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche tunisien, au salon de l’agriculture à Paris.

23-24 Février 2017 : Visite de M. Slim Khalbous, ministre de l’enseignement supérieur tunisien.

9-10 février 2017 : Visite de Mme Audrey Azoulay, ministre de la culture, pour participer au « 5+5 culture » à Tunis

25-26 janvier 2017
 : Visite de Mme Lamia Zribi, ministre tunisienne des finances, pour participer au « 5+5 finances » à Paris

13 décembre 2016
 : Visite de M. Hédi Majdoub, ministre tunisien de l’intérieur

28-29 novembre 2016  : Visite de M. Manuel Valls, Premier ministre, pour représenter la France à la conférence économique des bailleurs « Tunisia 2020 ».

9-10 novembre 2016 : Visite de M. Youssef Chahed, chef du gouvernement tunisien, accompagné de M. Fadhel Abdelkefi, ministre du développement, de l’investissement et de la coopération internationale, Mme Selma Elloumi Rekik, ministre du tourisme et de l’artisanat, et M. Iyad Dahmani, ministre chargé des relations avec le parlement.

22 janvier 2016
 : Visite de M. Habib Essid, Chef du gouvernement tunisien, accompagné de : Saïd Aïdi, ministre de la santé, Kamel Jendoubi, ministre chargé des relations avec les instances constitutionnelles et la société civile et des droits de l’Homme, Ridha Ben Mosbah, ministre conseiller économique. Annonce par la France d’un plan de soutien d’1 milliard d’euros sur 5 ans et signature d’une conversion de 60 millions d’euros de dette en projet de développement.

14 novembre 2015
 : Visite de M. Béji Caïd Essebsi, président de la République, pour présenter ses condoléances au Président Hollande au lendemain des attentats de Paris.


7 et 8 avril 2015
 : visite d’Etat de M. Béji Caïd Essebsi, président de la République, accompagné de : Taieb Baccouche, ministre des affaires étrangères, Latifa Lakhdhar, ministre de la culture et de la sauvegarde du patrimoine, Kamel Jendoubi, ministre auprès du Chef du gouvernement chargé des relations avec les institutions constitutionnelles et la société civile.

29 mars 2015
 : Visite de M. François Hollande, président de la République, M. Claude Bartolone, président de l’assemblée nationale, M. Harlem Désir, secrétaire d’Etat aux affaires européennes, à l’occasion de la marche de Tunis contre le terrorisme.


7-8 septembre 2014
 : visite de M. Manuel Valls, Premier ministre, de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et de M. Matthias Fekl, secrétaire d’État chargé du commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français de l’étranger.

28 au 30 avril 2014
 : visite du Chef du gouvernement tunisien, M. Mehdi Jomaa

7 février 2014
 : visite de M. François Hollande, président de la République à l’occasion de l’adoption de la nouvelle constitution tunisienne

5-7 Décembre 2013
 : visite du Président M. Moncef Marzouki et de M. Othman Jarandi, ministre des Affaires étrangères, dans le cadre du Sommet de l’Elysée sur la paix et la sécurité en Afrique

5 novembre 2013
 : visite de M. Moncef Marzouki, président de la République

4-5 juillet 2013
 : visite d’Etat de M. François Hollande, président de la République

17 au 19 juillet 2012 : Visite officielle du président de la République, M. Moncef Marzouki

Relations économiques

La France entretient avec la Tunisie des relations économiques privilégiées, en étant à la fois son premier partenaire commercial (accueillant en 2016 environ 30% des exportations tunisiennes et fournissant 16% des importations du pays) et son premier fournisseur d’investissements directs à l’étranger. Alors que la balance commerciale tunisienne est structurellement déficitaire, la France enregistre un déficit commercial bilatéral avec le pays, qui devrait s’élever en 2017 à environ 1 milliard d’euros. Ces dernières années, la France a perdu des parts de marché, et a perdu en 2017 sa place de 1er fournisseur au profit de l’Italie.

En 2016, les échanges franco-tunisiens ont atteint 7,4 milliards d’euros, en baisse de 2,5% par rapport à 2015. Ils devraient se situer à un niveau équivalent en 2017. Si les échanges commerciaux bilatéraux ont connu une croissance moyenne de 4% par an sur les dix dernières années, passant de 5,6 milliards d’euros à 7,4 milliards, on observe une stagnation des échanges depuis 2011.

La France enregistre un déficit bilatéral avec la Tunisie, alors que le commerce extérieur tunisien, dans son ensemble, est très largement déficitaire. Le déficit est très volatile depuis dix ans, fluctuant entre le quasi équilibre (2009) et 930 millions d’euros, niveau record atteint en 2016. Le déficit devrait être du même ordre de grandeur en 2017.

Les exportations françaises à destination de la Tunisie ont atteint 3,2 milliards d’euros en 2016, soit une baisse de 10% par rapport à 2015. Elles devraient se stabiliser à ce niveau en 2017, alors que dans le même temps les importations totales du pays ont augmenté en volume de 2,5%. En excluant les années donnant lieu à la livraison de matériel aéronautique, les performances de la France à l’export vers la Tunisie s’inscrivent dans une tendance globale de pertes de parts de marché, principalement au bénéfice de pays émergents tels que la Chine ou la Turquie. La France, qui occupe historiquement la position de premier fournisseur de la Tunisie, a vu ses parts de marché passer de 23% à 16% entre 2006 et 2016, et a perdu sa place de 1er fournisseur en 2017 au profit de l’Italie

Les importations de la France en provenance de Tunisie ont augmenté en 2016 de près de 5%, atteignant un niveau record à 4,2 milliards d’euros. Si leur niveau devrait se tasser légèrement en 2017, la France maintiendra sa position historique de premier client de la Tunisie, représentant près de 30% des exportations du pays.

La filière des équipements et matériels mécaniques, électriques et informatiques représente une part croissante des importations françaises (40% en 2016 contre 20% en 2006), illustrant la réussite du modèle de sous-traitance choisi dès les années 1970 par la Tunisie.

Avec un stock d’Investissements directs à l’étranger (IDE) de près de 3,3 milliards de dinars (1,4 milliards d’euros) en 2016, la France est le deuxième investisseur en Tunisie (16% des IDE), derrière les Emirats arabes unis (24%). Cela représente environ 1 400 implantations et 137 000 emplois – premier pays étranger pourvoyeur d’emplois.

Mais avec 15% des flux entrants entre 2011 et 2016, la France est le premier fournisseur d’IDE depuis la révolution – pays investisseur de référence dans les industries manufacturières et les services.

Notre stock d’investissements directs est principalement concentré dans l’industrie (aujourd’hui porté par les secteurs aéronautiques et automobiles) : l’industrie électronique concentre 13,8% des IDE français en Tunisie, les industries métallurgiques et mécaniques 13,5%, les industries du textile et de l’habillement 10,8%. Le secteur des télécommunications représentent 11% des IDE français.

C’est dans le secteur textile/habillement que les IDE français sont les plus pourvoyeurs d’emplois : 45 000 emplois en dépendent en Tunisie. Suivent l’industrie électronique (21 600 emplois), l’industrie mécanique et métallurgique (14 700 emplois) et les centres d’appels (12 000 emplois). La plasturgie (7 300 emplois), l’agro-alimentaire (7 000 emplois), le secteur cuir et chaussures (5 800 emplois), l’hébergement touristique (3 800 emplois), les matériaux de construction (3 000 emplois), le secteur bancaire (4 000 emplois), les services informatiques (3 700 emplois) et l’industrie pharmaceutique (2 400 emplois) sont également des secteurs dans lesquelles la présence française fournit de nombreux emplois.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Notre coopération et notre action culturelle répondent aujourd’hui à trois priorités :

• 1/ Appui à la société civile tunisienne et au développement de ses relations avec la société civile française
• 2/ Accompagnement de la mise en place de la démocratie et de l’Etat de droit
• 3/ Contribution à la formation initiale ou continue des Tunisiens

La coopération culturelle française oriente en priorité son action en direction de la jeunesse et des nouveaux publics de la société civile. Cette orientation se traduit par des échanges artistiques, le débat d’idées et l’appui aux nouveaux médias. La promotion de notre expertise dans les secteurs des musées et du patrimoine ainsi que le soutien aux jeunes artistes et acteurs culturels sont également des axes importants de cette coopération.

La promotion de la langue française est un enjeu important de notre coopération. Reconnue comme « langue étrangère à statut privilégié » en Tunisie, elle est à ce titre enseignée durant tout le parcours scolaire. Le poste contribue à la promotion du français à travers le centre de langue de l’Institut français de Tunisie et le réseau des établissements scolaires de l’agence pour l’enseignement du français à l’étranger (AEFE), qui accueille plus de 3200 enfants tunisiens sur un total de 7 200 élèves.

Par ailleurs, l’Agence française de développement (AFD) joue un rôle central dans la coopération franco-tunisienne depuis 1992, par le volume de ses engagements comme par l’accompagnement de réformes majeures sur le plan économique et social. La Tunisie est le second pays d’intervention de l’AFD en volume et le premier en intervention par habitant. L’AFD est le principal opérateur du plan d’1,2 milliard d’euros qui porte jusqu’en 2020.

Mise à jour : 29.01.18

Informations complémentaires

PLAN DU SITE