Tchad - Q&R - Extrait du point de presse (14 février 2018)

Q - Samedi dans la capitale tchadienne, une manifestation d’élèves et d’étudiants a été violemment réprimée par le pouvoir. Par ailleurs, toutes les demandes de manifester des partis politiques et des associations de la société civile sont systématiquement refusées et les marches interdites sous peine de suspension et de dissolution des organisations qui braveraient cette interdiction. Face à cette situation, le Syndicat des enseignants du Tchad (SET) a dénoncé dimanche au cours d’une conférence de presse le mutisme des partenaires du Tchad, dont la France. Quelle est votre réaction ?

R - La France réitère son attachement, partout dans le monde, au respect des libertés fondamentales, dont la liberté d’expression et de manifestation pacifique, composante essentielle de la démocratie.

La France promeut cette approche dans ses échanges réguliers avec le Tchad et l’encourage à garantir le plein respect des droits de l’Homme, conformément aux engagements internationaux qu’il a pris.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE