Stabilisation de Raqqa

Raqqa : les défis de l’après Daech

Le 20 octobre 2017, la ville de Raqqa était libérée par les forces démocratiques syriennes – une coalition arabo-kurde - avec le soutien de la Coalition internationale contre Daech dont fait partie la France. Les forces armées françaises engagées au Levant au sein de la Coalition ont fourni un appui significatif à la libération de la ville, notamment via la participation aux structures de commandement, le recueil de renseignement et la réalisation de frappes aériennes.

Cette victoire a porté un coup décisif à l’organisation terroriste Daech qui en avait fait la « capitale » autoproclamée de son pseudo-Etat et l’épicentre de nombreux attentats projetés à l’étranger. Au-delà de l’action militaire toujours en cours contre Daech, il est aujourd’hui nécessaire d’engager le processus de stabilisation afin de permettre aux populations de retrouver des conditions de vie dignes et sûres et d’éviter toute résurgence du terrorisme. Pour répondre à cette urgence, la France s’est engagée à hauteur de 10 millions d’euros fin août 2017 : 6 millions destinés à l’aide humanitaire aux déplacés internes et 4 millions pour l’aide à la stabilisation.

1. Apporter une aide humanitaire d’urgence

La France soutient plusieurs organisations non gouvernementales et agences des Nations unies qui apportent une aide d’urgence aux déplacés de Raqqa à l’intérieur des camps de déplacés, des camps informels et dans les villages qui les accueillent. Outre l’aide aux déplacés, les projets financés concernent les secteurs de l’aide alimentaire, du déminage, de l’eau et de la santé. Ils consistent notamment à distribuer des rations alimentaires et des produits de première nécessité afin de faire face à l’hiver. Plusieurs centres de santé et stations de traitement de l’eau ont également été remis en service ou le seront prochainement.

Au sein de la Coalition, la France joue aussi un rôle central dans le suivi et l’accompagnement des populations déplacées. La direction des actions civilo-militaires de l’état-major de la Coalition a ainsi été confiée à un général français. L’ensemble de ces projets permettra à plusieurs dizaines de milliers de Syriens de reprendre petit à petit une vie normale.

2. Soutenir la stabilisation et promouvoir une gouvernance inclusive et représentative

Dans la phase de stabilisation qui s’ouvre, la mise en place d’autorités de gouvernance efficaces et légitimes est une nécessité. Il s’agit d’une priorité pour la France qui entretient un dialogue étroit à ce sujet avec ses partenaires de la coalition internationale contre Daech.

La victoire contre Daech dans le Nord-Est syrien ne sera durable qu’avec la mise en place d’une gouvernance répondant aux aspirations des populations locales. A cet égard, il est crucial de maintenir une grande vigilance quant à la neutralité politique des projets. Ainsi, la France privilégie des projets bénéficiant directement aux populations, principalement dans les secteurs du déminage et des services de base.

Mise à jour : février 2018

Informations complémentaires

PLAN DU SITE