Syrie - Q&R - Extrait du point de presse (9 février 2018)

Q – Le Président Macron (à côté du Président Vladimir Poutine) et le ministre ont répété à plusieurs reprises que la France avait une ligne rouge sur l’accès humanitaire en Syrie. Peut-on dire que cette ligne a été franchie et concrètement qu’est-ce que la France propose comme conséquence si elle estime que cette deuxième ligne rouge a été franchie ?

R – La situation humanitaire en Syrie, particulièrement dans la Ghouta orientale et la région d’Idlib, est inacceptable. Les bombardements se sont intensifiés et continuent de toucher délibérément les équipements vitaux et les civils, dont plusieurs milliers ont été obligés de fuir. Dans la Ghouta orientale, le régime continue d’assiéger 400 000 personnes, dont plusieurs nécessitent une évacuation médicale d’urgence. L’utilisation de sièges comme arme de guerre est inacceptable. Nous sommes également préoccupés par l’intervention turque à Afrin, qui ne doit pas dégrader la situation humanitaire.

Les zones de désescalade prévues par l’accord d’Astana ne sont pas respectées. Les États garants de cet accord ont une responsabilité majeure dans l’application des engagements pris, notamment la diminution de la violence et l’accès humanitaire dans les zones de désescalade, dont Idlib et la Ghouta font partie. Ils doivent impérativement exercer des pressions sur le régime pour qu’il respecte ses engagements. Les convois des Nations unies doivent avoir un accès sûr, complet et sans entrave aux villes assiégées et aux populations dans le besoin.

La France agit avec ses alliés et partenaires pour permettre l’amélioration de la situation. Nous agissons au sein des instances internationales pour que des mesures concrètes soient prises le plus rapidement possible et que les violations du droit international humanitaire ne restent pas impunies. Nous sommes activement engagés dans la recherche d’une solution politique négociée sous l’égide des Nations unies et selon les termes de la résolution 2254 du Conseil de sécurité, qui seule permettra de ramener la paix en Syrie.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE