Syrie - Q&R - Extrait du point de presse (02.02.2018)

Q – Avez-vous des éléments qui montrent que le gouvernement syrien pourrait être en train de développer de nouvelles armes chimiques ?

R – Nous avons pris note des déclarations américaines sur les capacités de production de chlore et de sarin par le régime syrien.

Les rapports successifs de l’organisation pour l’interdiction des armes chimiques indiquent par ailleurs que l’organisation n’est pas en mesure de confirmer que la déclaration de stocks remise par la Syrie en 2013 est complète et en conformité avec la convention d’interdiction des armes chimiques. La résolution 2118 du Conseil de sécurité des Nations unies prévoit que la Syrie coopère pleinement avec l’OIAC.

Cela suscite notre plus vive préoccupation. La France n’accepte pas que la convention d’interdiction des armes chimiques puisse être contestée.

Nous travaillons activement avec nos partenaires sur cette question et sur toutes les informations faisant état de nouvelles attaques chimiques en Syrie. Nous étudions avec attention les éléments qui nous parviennent. Nous attendons également l’expertise des mécanismes d’enquête internationaux opérationnels, et en premier lieu de la mission d’établissement des faits (FFM).

M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, a lancé le 23 janvier un partenariat international contre l’impunité de l’utilisation d’armes chimiques. Vingt-quatre États et organisations s’y sont joints pour marquer leur refus de l’impunité des auteurs d’attaques chimiques.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE