Syrie - Armes chimiques - Q&R - Extrait du point de presse (27 septembre 2019)

Q : Les États-Unis ont annoncé jeudi avoir la confirmation d’une attaque chimique commise par le régime syrien le 19 mai à Idlib. Est-ce que la France a également cette confirmation et si oui, comment compte-t-elle y répondre ?

R : Nous avons pris note avec préoccupation des informations d’utilisation d’armes chimiques en mai dernier à Kabana, dans la province de Lattaquié en Syrie, dont a fait état le secrétaire d’État américain. Toute la lumière doit être faite s’agissant de l’emploi potentiel d’armes chimiques.

Nous faisons toute confiance pour cela à l’Organisation internationale pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC). L’OIAC s’est récemment dotée avec notre soutien de nouvelles capacités pour permettre l’identification des auteurs d’attaques à l’arme chimique en Syrie. Nous appelons l’ensemble de la communauté internationale à pleinement coopérer avec cette organisation.

Le Président de la République a encore rappelé, en mai dernier, notre extrême vigilance sur l’emploi d’armes chimiques. La France réaffirme sa position constante contre l’utilisation d’armes chimiques et pour que les auteurs d’attaques chimiques soient sanctionnés. C’est dans cet esprit que la France a lancé à Paris le 23 janvier 2018 un partenariat international contre l’impunité de l’utilisation d’armes chimiques, qui réunit désormais 39 pays ainsi que l’Union européenne.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE