Syrie - Q&R - Extrait du point de presse (28 février 2018)

Q – Le ministre russe des affaires étrangères, Sergei Lavrov, a accusé ce matin les groupes rebelles dans la Ghouta orientale de bloquer l’acheminement d’aide humanitaire et l’évacuation de civils qui veulent partir. Quelle est votre réaction ?

R – Toutes les parties concernées doivent pleinement mettre en œuvre les dispositions de la résolution 2401 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui exigent la mise en place d’une trêve permanente d’au moins 30 jours. Cette trêve est absolument nécessaire pour permettre aux acteurs humanitaires d’acheminer l’aide et d’évacuer les blessés et les malades en toute sécurité.

Les groupes armés présents dans la Ghouta orientale se sont engagés auprès du Conseil de sécurité des Nations unies à respecter la résolution 2401 et à accepter la trêve. Le régime de Bachar al-Assad ne s’est, en revanche, pas engagé en ce sens. Les résolutions du Conseil de sécurité s’imposent pourtant à lui.

Nous demandons par conséquent aux soutiens du régime syrien d’exercer une pression maximale sur celui-ci pour qu’il mette en œuvre ses obligations.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE