Syrie - Q&R - Extrait du point de presse (18 décembre 2018)

Q  : Quelle réaction peut avoir la France à deux déclarations (turque et américaine) qui pointent un changement à l’égard de Bachar el-Assad ?

  1. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, qui déclare que la Turquie pourrait envisager une coopération avec Bachar el-Assad en cas de victoire de celui-ci à des élections démocratiques et transparentes ;
  1. Le représentant spécial de la diplomatie américaine pour la Syrie, James Jeffrey, qui a assuré hier que la politique des États-Unis en Syrie ne visait pas à se "débarrasser" du président Bachar el-Assad.

R : Comme l’a rappelé le président de la République à Bruxelles le 14 décembre dernier, la lutte contre Daech demeure la priorité absolue de la France en Syrie.

Le seul moyen de ramener la paix en Syrie, la stabilité dans la région et d’éradiquer durablement le terrorisme est d’atteindre une solution politique crédible et durable, conforme à la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies.

La France est pleinement mobilisée pour faire émerger cette solution politique au conflit, notamment par le dialogue avec les principaux acteurs régionaux et internationaux, en particulier ceux du Small Group et du groupe d’Astana. Elle rappelle la nécessité qu’un comité constitutionnel crédible et équilibré puisse être mis en place par les Nations unies avant la fin de l’année, conformément aux engagements pris lors du Sommet d’Istanbul le 27 octobre dernier.

La mise en place du comité constitutionnel doit permettre de relancer un processus politique crédible et inclusif, qui conduise à l’organisation d’élections libres et impartiales, sous supervision des Nations unies. L’ensemble des Syriens, y compris les réfugiés et les déplacés internes, doivent pouvoir choisir leurs propres dirigeants dans un environnement neutre garanti par des mesures de confiance.

Comme l’a indiqué à plusieurs reprises Jean-Yves Le Drian, il n’est pas réaliste d’envisager le maintien au pouvoir de Bachar Al-Assad dans une Syrie réconciliée.

Informations complémentaires