Syrie - Contribution de la France à la conférence Bruxelles II (Bruxelles, 25 avril 2018)

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, a participé le 25 avril à la conférence Bruxelles II sur l’avenir de la Syrie et de la région.

Coprésidée par l’Union européenne et les Nations unies, cette conférence a permis de renforcer la réponse internationale aux conséquences humanitaires de la crise syrienne et d’améliorer le soutien aux réfugiés et pays hôtes.

A cette occasion, M. Jean-Baptiste Lemoyne a annoncé que l’effort français pour les années 2018-2020 s’élèverait à plus d’un milliard d’euros en faveur du peuple syrien et des communautés hôtes : près de 250 millions d’euros de dons et 850 millions d’euros de prêts. Cet engagement inclut le programme de réponse d’urgence de 50 millions d’euros pour la Syrie, annoncé le 16 avril par le président de la République.

Ces annonces s’inscrivent dans la continuité du soutien français, mis en place lors des conférences de Londres en février 2016 et de Bruxelles en 2017. Nous nous y étions engagés à apporter une aide de 1,1 milliard d’euros sur trois ans (2016-2018) : 200 millions de dons pour la Syrie et les pays voisins et 900 millions de prêts pour la Jordanie.

Ces montants permettront de venir en aide à la population syrienne et de créer en Syrie les conditions d’un retour volontaire, sûr et durable des réfugiés chez eux, le moment venu. Ils doivent également permettre d’accroître la résilience économique des pays qui accueillent des réfugiés, au premier rang desquels la Jordanie et le Liban.

En marge de la conférence, M. Jean-Baptiste Lemoyne est intervenu lors d’un événement co-organisé par la France sur la lutte contre l’impunité des crimes commis en Syrie. Il s’agit d’une priorité de l’action diplomatique de la France, qui a réitéré à cette fin son soutien à la commission d’enquête internationale et au mécanisme d’enquête international indépendant pour la Syrie, tous deux présents à cet événement. M. Jean-Baptiste Lemoyne a rappelé la détermination de la France à faire face à la menace des armes chimiques, qui représente un danger global et remet en cause l’autorité du droit international. C’est en ce sens que la France a lancé à Paris le partenariat international contre l’impunité d’utilisation des armes chimiques, qui a vocation à soutenir le travail engagé par les organisations internationales pertinentes, et de collecter, compiler et conserver toutes les informations disponibles sur les responsables de l’utilisation d’armes chimiques.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE