Syrie - Q&R - Extrait du point de presse (18 décembre 2017)

Q - Le processus de paix intersyrien de Genève a-t-il une chance de redémarrer face à la "stratégie d’obstruction" du régime de Damas ? Quelles initiatives la France compte-t-elle prendre au début de l’année 2018 pour le relancer ?

R - Comme l’a indiqué hier le président de la République, il faut, en Syrie, "construire une solution politique qui permettra une paix durable, où toutes les minorités seront protégées". Il a ajouté que des initiatives seront prises "dans le processus que la France souhaite voir émerger en début d’année prochaine".

Les négociations inter-syriennes conduites sous l’égide des Nations unies à Genève sont le cadre légitime pour trouver une solution politique à la crise.

Le régime de Bachar al-Assad est responsable du blocage du processus de Genève, alors que l’opposition était parvenue à présenter un front uni. Comme nous l’avons déjà indiqué, il incombe aux pays qui soutiennent le régime d’exercer les pressions nécessaires pour que celui-ci s’engage de bonne foi dans les discussions.

Dans ce contexte, la France réitère son plein soutien aux efforts conduits par l’envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie, M. Staffan de Mistura.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE