Syrie - Q&R - Extrait du point de presse (6 décembre 2017)

Q - Comment analysez-vous le refus de la délégation du gouvernement syrien de revenir à Genève pour continuer le processus onusien de négociations. Est-ce que cela ne démontre pas l’impuissance de ce processus, de l’envoyé spécial et des parrains ?


R - La France déplore l’absence de la délégation du régime à Genève et son refus de s’engager de bonne foi dans la négociation pour parvenir à une solution politique négociée en Syrie sur la base du cadre de référence internationalement agréé, le communiqué de Genève et la résolution 2254 du Conseil de sécurité.

Ce refus met à jour la stratégie d’obstruction du processus politique menée par le régime de Damas, qui porte la responsabilité de l’absence de progrès dans les négociations. Nous appelons les soutiens du régime, en premier lieu la Russie, à prendre leurs responsabilités pour qu’il entre enfin dans la négociation à Genève.

La France relève qu’à l’inverse, les Nations unies ont salué la constitution d’une délégation unique de l’opposition syrienne, ainsi que l’attitude constructive dont elle continue de faire preuve à Genève.

Nous réitérons notre plein soutien à la médiation conduite par l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE