Syrie - Q&R - Extrait du point de presse (21 novembre 2017)

Q - Avez-vous des éléments qui démontrent qu’une attaque chimique s’est déroulée dans la Ghouta orientale en Syrie samedi ?

R - Nous avons pris connaissance avec préoccupation des informations faisant état d’une possible attaque chimique dans la Ghouta orientale le 18 novembre.

Compte tenu de la gravité qu’une telle attaque représenterait, nous suivons attentivement la situation et attendons l’expertise des mécanismes d’enquête internationaux opérationnels, en premier lieu la mission d’établissement des faits (FFM).

Face à ce type de situation, la communauté internationale doit avoir tous les moyens de comprendre et d’établir les responsabilités. C’est pourquoi nous regrettons vivement que la Russie ait décidé de mettre un terme au mécanisme d’enquête conjoint des Nations unies et de l’OIAC (JIM) au Conseil de sécurité des Nations unies. La France condamne fermement toute violation de la convention d’interdiction des armes chimiques et en particulier tout emploi de telles armes

Q - Estimez-vous que la démission de Riyad Hijab soit une bonne chose ?

R - Nous prenons acte de la décision de M. Riyad Hijab de démissionner de sa fonction de coordinateur du Haut comité syrien pour les négociations. Nous saluons l’action qu’il a menée au sein de l’opposition en vue de parvenir à une solution politique en Syrie.

Nous espérons que la réunion qui se tiendra à partir de demain à Riyad permettra à l’opposition de se restructurer sur une base unifiée, crédible et pragmatique et de se mettre en situation de prendre part dans les meilleurs conditions à la prochaine session de pourparlers à Genève.

Ces discussions doivent être l’occasion d’avancer sur la voie d’une solution politique inclusive à la crise syrienne, dans le cadre de la résolution 2254 du conseil de sécurité des Nations unies.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE