Syrie - Q&R - Extrait du point de presse (2 décembre 2016)

Partager

Q - Est-ce que l’on a déjà la liste des ministres qui seront présents le 10 décembre ? Est-ce qu’on sait par exemple si M. Kerry sera présent ?

R - Les pays invités sont ceux qui font partie du groupe des « affinitaires ». Cette réunion est en cours d’organisation et nous vous préciserons en temps utile la liste des chefs de délégations.

Q - Est-ce qu’on peut avoir quelques éléments sur les discussions qui ont lieu actuellement à New-York, suite à la réunion d’urgence du conseil de sécurité demandée par la France sur Alep ? Qu’en attendez-vous ? Un projet de résolution est-il prévu ? Pourriez-vous nous donner quelques détails ?

R - Nous sommes totalement mobilisés face à la tragédie qui se déroule à Alep.

Pour ce qui est de la semaine qui s’achève, nous avons pris l’initiative de demander une réunion d’urgence du conseil de sécurité, qui a eu lieu le 30 novembre. M. Jean-Marc Ayrault a reçu à Paris le président du conseil local d’Alep. Il s’est entretenu de la situation en Syrie avec plusieurs de ses homologues, y compris le 29 novembre avec Sergueï Lavrov à Minsk.

Pour ce que nous allons faire dans les jours à venir, Jean-Marc Ayrault l’a répété à plusieurs reprises cette semaine, « la France ne renonce pas » :

  • l’urgence absolue, c’est l’amélioration de la situation humanitaire. C’est notre priorité. Nous appelons à une cessation des hostilités à Alep et un accès humanitaire immédiat, complet et sans entrave, à toutes les personnes qui en ont besoin. Toute initiative au conseil de sécurité qui va en ce sens bénéficie évidemment de notre soutien ;
  • le deuxième volet de notre mobilisation, ce sera l’organisation à Paris, le 10 décembre, d’une réunion des pays dits « affinitaires », ceux qui refusent la logique de guerre et ne sont pas parties belligérantes dans ce conflit. La dernière réunion avait eu lieu à Londres le 16 octobre, après New York le 25 septembre et Londres le 7 septembre. Comme l’a annoncé hier M. Jean-Marc Ayrault, M. Riyad Hijab, coordinateur de l’opposition syrienne, se rendra à Paris à cette occasion ;
  • nous poursuivons enfin au conseil de sécurité notre travail en vue de l’adoption d’une résolution qui vise à sanctionner les auteurs d’attaques chimiques, qu’il s’agisse du régime syrien ou de Daech, conformément à la résolution 2118 du 27 septembre 2013 et à la résolution 2319 du 17 novembre 2016.

Q - Le projet de résolution sur les attaques chimiques est-il distinct de celui portant sur la situation humanitaire ?

R - Ce sont des sujets distincts, qui appellent effectivement des textes différents.

Q - Que pense la France de la proposition russe de créer quatre couloirs humanitaires pour faciliter la sortie des civils d’Alep ?

R - La France rappelle que l’urgence est de mettre fin aux bombardements aériens aveugles du régime et de ses soutiens et de lever les sièges à Alep comme dans le reste de la Syrie.

Nous demandons un accès humanitaire sûr, complet et sans entrave à toutes les personnes dans le besoin à Alep et dans l’ensemble du territoire syrien. Les populations assiégées qui en expriment librement le souhait doivent pouvoir quitter Alep de manière sûre et sans délai sous la surveillance des Nations unies.

C’est à la lumière de ces principes que la proposition russe doit être examinée.

Informations complémentaires