Relations bilatérales et relations multilatérales (UE, ONU)

Les relations bilatérales restent modestes. Au niveau commercial, nos échanges s’élèvent à quelque 48 M€ en 2017 (un peu plus de 38 M€ d’exportations principalement de produits agroalimentaires et un peu moins de 10 M€ d’importations). Aucun flux d’IDE n’a été enregistré depuis 2009. La France est le 3e créancier bilatéral du Club de Paris après les Etats-Unis et l’Italie. L’APD directe française s’est élevée à 0,2 M€ en 2016, faisant de la France le 23e bailleur bilatéral de la Somalie. Aucune action de l’AFD en Somalie n’est envisagée à court terme et aucun outil du Trésor n’est aujourd’hui mobilisable. En matière humanitaire, la France a apporté une aide à hauteur de 4,8 M€ en 2017. En matière de coopération, le Somaliland concentre l’essentiel de notre action bilatérale avec la Somalie.

L’action et le soutien de la France en Somalie passe principalement par l’Union européenne et les Nations unies. Depuis 2007, l’Union européenne a dépensé plus de 1,6 Mds € via la Facilité africaine de paix pour le financement de l’AMISOM. Présente depuis 2007 et autorisée par le Conseil de sécurité des Nations unies pour notamment lutter contre Al Shabab, l’AMISOM compte aujourd’hui environ 20 500 soldats composés de contingents d’Ethiopie, de Djibouti, du Kenya, d’Ouganda et du Burundi. L’AMISOM comprend également une composante police, forte de quelque 1 000 hommes issus d’Ouganda, du Nigéria, du Sierra Leone, du Kenya, du Ghana, de la Zambie.

L’Union européenne alloue par ailleurs en moyenne chaque année 170M€ à des projets de développement, dans quatre domaines principaux : la gouvernance, l’éducation, le secteur social et le développement économique. Elle a en 2017 intensifié son aide humanitaire aux populations affectées par le conflit et la sécheresse en Somalie pour un total de 119 M€ octroyés par la DG ECHO en 2017.

La France participe également aux actions de l’Union européenne en faveur de la stabilisation de la Somalie et de la lutte contre la piraterie maritime dans la Corne de l’Afrique via trois missions : ATALANTE (opération de lutte contre la piraterie au large), EUTM Somalia (formation des forces armées somaliennes) et EUCAP Somalia (renforcement des capacités maritimes et judiciaires pour lutter contre la piraterie). La France contribue financièrement, au titre de ses contributions obligatoires, au dispositif des Nations Unies qui financent un paquet de soutien logistique à l’AMISOM délivré par l’UNSOS (3,2 Mds USD depuis 2010) et une mission politique sur place (MANUSOM).

Mise à jour : 10.07.18

Informations complémentaires

PLAN DU SITE