Présentation de Saint-Vincent-et-les-Grenadines

Partager

Présentation du pays

SAINT-VINCENT-ET-LES GRENADINES {JPEG}

Données générales

Nom officiel : Saint-Vincent-et-les-Grenadines
Nature du régime : démocratie parlementaire
Chef de l’État : la reine Elizabeth II, représentée par un gouverneur général, Sir Frederick Nathaniel Ballantyne (02/09/2002)
Chef du Gouvernement : M. Ralph Gonsalves, Premier ministre depuis 2001.

Données géographiques

Superficie : 390 km²
Capitale : Kingstown
Villes principales : Chateaubelair, Georgetown
Langue (s) officielle (s) : anglais
Langue (s) courante (s) : anglais, créole vincentais (base anglophone)
Monnaie : EC $ (Eastern Caribbean dollar), lié au dollar américain au taux fixe de 1 USD = 2,70 EC $ depuis 1976 ; 1 EC $ = 0,341 € au 1er mai 2020 (taux de chancellerie)
Fête nationale : 27 octobre (fête de l’Indépendance, 1979)

Données démographiques

Population (Banque mondiale 2018) : 110 210 habitants
Densité (Banque mondiale 2018) : 283 habitants / km²
Croissance démographique (Banque mondiale 2018) : 0,3 %
Espérance de vie (PNUD 2018) : 72,40 ans
Taux d’alphabétisation (PNUD 2018) : 88,1 %
Religion(s) : majorité christianisme
Indice de développement humain (PNUD 2019) : 0,728 soit 94e sur 189

Éléments d’actualité

Politique intérieure

Parti majoritaire : le Unity Labor Party (ULP) du Premier ministre Ralph Gonsalves a remporté sans discontinuer les élections en mars 2001, en 2005, en 2010 et en 2015.

Autres partis représentés : Le New Democratic Party (NDP) fondé par James FitzAllen Mitchell et dirigé aujourd’hui par Godwin L. Friday et Arnihm Eustace. Il y a également le Democratic Republican Party (DRP) dirigé par Anesia Baptiste et le SVG Green Party (SVGP) d’Ivan O’Neal.

Politique étrangère

Saint-Vincent-et-les-Grenadines est membre de l’Organisation des États de la Caraïbe orientale, de la Communauté Caraïbe (CARICOM) et de l’Association des États de la Caraïbe (AEC). Le pays a rejoint l’Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA) en 2009. Il entretient des relations diplomatiques avec la République de Chine (Taïwan).

Le montant de l’aide de l’Union européenne dans le cadre du 11e FED (2014-2020) s’élève à 7 M € et se concentre sur l’appui à l’éducation et à la diversification économique. De même que tous les membres du CARIFORUM, Saint-Vincent a signé le 15 octobre 2008 à la Barbade l’accord de partenariat économique avec l’Union européenne.

En 2013, le Premier ministre vincentais a avancé l’idée de réparations financières que trois pays européens (France, Pays-Bas, Royaume-Uni) devraient à la Communauté Caraïbe au titre de l’esclavage et de la traite humaine.
Saint-Vincent-et-les-Grenadines a été élu par l’Assemblée générale des Nations unies pour devenir membre non permanent du Conseil de sécurité pour les années 2020 et 2021.

Situation économique

PIB (FMI 2019) : 0,86 Mds USD
RNB par habitant (Banque mondiale 2018) 7 340 USD
Croissance (FMI 2019) : 2,3 %
Chômage (CIA world factbook 2019) : 19,7 %
Inflation (FMI 2019) : 1,4 %
Solde budgétaire (CIA world factbook 2017) : -0,6 %
Balance commerciale en % du PIB (Banque mondiale 2017) : -19,8 %
Principaux clients (CIA World factbook 2017) : Jordanie (40,7 %), France (12,5 %), Barbade (7 %), Sainte-Lucie (6,8 %), Antigua-et-Barbuda (5,7 %), US (5,5 %), Trinité-et-Tobago (4,7 %)
Principaux fournisseurs (CIA world factbook 2017) : États-Unis (36,8 %), Trinité-et-Tobago (19,1 %), Royaume-Uni (7 %), Chine (5,8 %)

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (Banque mondiale 2016) :

  • agriculture : 8 %
  • industrie : 18 %
  • services : 74 %

Exportations de la France vers Saint-Vincent-et-les-Grenadines (en 2017 - Direction générale du Trésor) : 2,9 M €
Importations françaises depuis Saint-Vincent-et-les-Grenadines (en 2017 - Direction générale du Trésor) : 90,2 M €

Pour aller plus loin, consultez le site de la Direction générale du Trésor

Sous le double effet de la récession internationale suivie de forts aléas climatiques en 2010 et 2011 (d’un coût de 3,6 % du PIB), l’économie demeure atone. Les trois secteurs principaux de l’activité du pays (tourisme, construction et services financiers) ont souffert de cette conjonction de facteurs négatifs. La production bananière est en déclin depuis plus de vingt ans (passée de 21 % du PIB dans les années 90 à moins de 8 % actuellement). Les services (y compris un pavillon de complaisance) constituent la principale source d’activités. Les fortes disparités sociales allant de pair avec un niveau de chômage élevé qui touche particulièrement les jeunes sont, pour partie, compensées par les transferts des émigrés (plus de 20 % du PIB).

Le secteur économique a su montrer certains signes de reconversion avec notamment l’arrivée de touristes, une chute des prix pétroliers, et la mise sur son secteur de construction. En 2017, un aéroport international a ouvert pour augmenter l’activité touristique et faciliter les échanges. Le Gouvernement investit dans des programmes sociaux et répond aux éventuels chocs malgré le fardeau de sa dette publique, qui était de 67 % du PIB à la fin de 2013 (82 % en 2015 et 73,8 % en 2017). Ainsi, même si l’économie de Saint-Vincent-et-les-Grenadines reste vulnérable aux fluctuations des prix et aux désastres naturels, l’année 2018 marque un signe de reconversion dans le renouvellement de la construction et l’augmentation des touristiques avec la création du nouvel aéroport.

La liste européenne des juridictions fiscales non coopératives a été actualisée le 12 mars 2019, et Saint-Vincent-et-les-Grenadines n’y figure plus, ayant pris des engagements suffisants pour remédier à ses manquements en matière de bonne gouvernance fiscale.

Mise à jour : 15.06.20

Informations complémentaires