Royaume-Uni - Q&R - Extrait du point de presse (14 mars 2018)

Q – Le Royaume-Uni considère comme « hautement probable » que la Russie soit responsable de l’empoisonnement de l’ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille. L’ambassadeur de Grande-Bretagne en France a hier soir « exigé une réponse forte et coordonnée avec nos alliés ». La France jusqu’à présent montre sa solidarité mais évite de mentionner la Russie dans cette affaire. Vu la nature des accusations britanniques, est-ce que la France serait prête à se joindre à une réponse forte et coordonnée ?

R – Nous sommes en contact étroit avec les Britanniques au sujet de cette attaque totalement inacceptable. Le ministre a exprimé hier à son homologue Boris Johnson la solidarité de la France avec le Royaume-Uni, tout comme le Président de la République auprès de la Première ministre.

La France adhère pleinement aux termes de la déclaration que vient d’adopter le conseil de l’Atlantique nord, à laquelle je vous renvoie par ailleurs.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE