Relations bilatérales

Partager

Relations politiques

Les relations politiques bilatérales entre nos deux pays sont bonnes et régulières, et dans une dynamique positive suite à la rencontre entre le Président de la République et le Premier ministre macédonien en juin 2021. La France a joué un rôle décisif au moment de la crise de 2001 en contribuant au processus de négociation de l’accord-cadre d’Ohrid, qui a mis fin aux affrontements intercommunautaires (entre slavo-Macédoniens et Albanais), avec deux représentants spéciaux de l’Union européenne, François Léotard puis Alain Le Roy.

La France soutient la perspective européenne de la Macédoine du Nord et a publiquement soutenu la mise en œuvre de l’Accord de Prespa, à plusieurs reprises en 2018 et 2019, notamment par un message video du Président de la République le 22 septembre 2018. Lors de la visite de Zoran Zaev en juin 2021, le Président de la République a à nouveau souligné le caractère "historique" de cet accord et le "grand courage politique " qui avait été nécessaire pour y parvenir.

Présence française

Communauté française : 243 inscrits au registre des Français établis hors de France
Communauté macédonienne en France : 3 343 personnes (2015)

Visites

  • 10 juin 2021 : entretien à Paris entre le Président de la République Emmanuel Macron et le Premier Ministre Zoran Zaev ;
  • 23 février 2021 : entretien à Paris entre Jean-Yves Le Drian et Bujar Osmani, Ministre des Affaires étrangères ;
  • 27 octobre 2020 : entretien entre Nikola Dimitrov, Vice-Premier Ministre chargé des Affaires européennes, et Clément Beaune, secrétaire d’Etat chargée des Affaires européennes ;
  • 13 février 2020 : entretien de Bujar Osmani, vice-Premier ministre chargé des affaires européennes et de Nikola Dimitrov, ministre des Affaires étrangères, avec Amélie de Monchalin, secrétaire d’Etat chargée des Affaires européennes, à Paris ;
  • 20 novembre 2019 : entretien de Jean-Yves Le Drian avec Nikola Dimitrov, ministre des Affaires étrangères de Macédoine du Nord, en marge de la réunion ministérielle de l’OTAN à Bruxelles
  • 12 novembre 2019 : entretien du Président de la République avec Stevo Pendarovski, Président de la République de Macédoine du Nord, en marge du Forum de Paris pour la Paix
  • 9 septembre 2019 : visite à Paris de Nikola Dimitrov – entretien avec Amélie de Monchalin, secrétaire d’Etat chargée des Affaires européennes ;
  • 5 juillet 2019 : entretien de Zoran Zaev avec le Premier ministre en marge du Sommet de Poznan ;
  • 6 juin 2019 : entretien de Bujar Osmani, vice-Premier ministre chargé des affaires européennes et de Nikola Dimitrov, ministre des Affaires étrangères, avec Amélie de Monchalin, secrétaire d’Etat chargée des Affaires européennes ;
  • visite le 26 février 2019 en Macédoine du Nord de la ministre chargée des Affaires européennes, Mme Nathalie Loiseau

Relations économiques

Notre relation économique bilatérale est modeste mais elle progresse. Depuis 2012, les échanges commerciaux entre la France et la Macédoine du Nord augmentent de façon continue, le solde étant positif en faveur de la France. Toutefois, ces échanges restent modestes (190,5 M EUR en 2019, 168 M EUR en 2020). La France compte pour moins de 2 % des importations du pays, contre 15,4% pour la Grande Bretagne et 10,7 % pour l’Allemagne. Les exportations de la France vers la Macédoine du Nord s’élèvent ainsi à 51 M EUR en 2020 et les importations françaises depuis ce pays à 117,1 M EUR.

Des perspectives de grands contrats existent pour lesquels les entreprises sont positionnées : station d’épuration des eaux usées, renouvellement des documents d’identité, construction d’un hôpital à Skopje, projets liés au développement durable et aux infrastructures. L’AFD examine les conditions de son intervention en Macédoine du Nord.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Notre coopération bilatérale s’articule autour de trois priorités : le renforcement de l’Etat de droit et l’appui à la bonne gouvernance, la formation des élites ainsi que le soutien à la langue et à la culture françaises, dans l’optique du soutien apporté à la République de Macédoine du Nord dans son rapprochement avec l’Union européenne. L’action culturelle et linguistique repose sur l’Institut français de Skopje (inauguré en 1974) et les deux Alliances françaises de Bitola et de Tetovo.

Autres types de coopération

Trois villes françaises sont jumelées avec des villes de ce pays : Epinal avec Bitola (1968), Dijon (1961) et Roubaix (1973) avec Skopje. Un important programme de coopération décentralisée a été mis en œuvre avec la région Basse-Normandie, qui a permis de développer environ onze jumelages directs entre villes. Dans ce cadre, un vaste travail de mémoire sur le Front d’Orient a également été lancé.

Relations avec l’Union européenne

Comme l’ensemble des pays des Balkans occidentaux, la République de Macédoine du Nord bénéficie d’une perspective européenne depuis le sommet de Zagreb en novembre 2000, sous présidence française de l’Union européenne, puis confirmée lors du sommet de Thessalonique en 2003 et du sommet de Sofia en 2018. Elle a signé un Accord de stabilisation et d’association (ASA) avec l’Union européenne en 2001, avant d’obtenir le statut de pays candidat en décembre 2005.

Depuis 2009, l’ouverture des négociations d’adhésion de la Macédoine du Nord avec l’UE a buté sur le différend qui opposait Athènes à Skopje. Les conclusions adoptées par le Conseil (Affaires générales) du 26 juin 2018 reconnaissaient les progrès réalisés par la Macédoine du Nord sur la voie de son rapprochement européen, et l’invitaient à poursuivre ses efforts afin de remplir l’ensemble des critères fixés par le Conseil.

Le Conseil a décidé, le 25 mars 2020, d’ouvrir les négociations d’adhésion avec la Macédoine du Nord (et l’Albanie) et d’endosser la proposition de la Commission d’une méthodologie d’adhésion à l’Union européenne renouvelée. Cette réforme revoit de manière substantielle la méthodologie des négociations d’adhésion en rendant le processus plus efficace, en permettant d’apporter des bénéfices concrets via une intégration plus graduelle des pays candidats, et en s’appuyant sur un pilotage politique renforcé. Les cadres de négociation avec la Macédoine du Nord et l’Albanie intègrent cette nouvelle méthodologie. Ils sont en cours de discussions au Conseil mais n’ont pu être adoptés jusqu’à présent du fait du blocage de la Bulgarie qui exige des garanties de la part de Skopje sur certains sujets historiques et identitaires.

Mise à jour : 23 mars 2022

Informations complémentaires