Relations bilatérales

Partager

Relations politiques

La France est le seul pays de l’Union européenne à avoir une ambassade à Bangui (où l’UE dispose aussi d’une délégation). Forte de sa relation ancienne et dense avec la RCA, elle continue de soutenir et d’accompagner la population centrafricaine dans le cadre d’un développement durable du pays. Au niveau multilatéral, la France a apporté son plein appui à l’action de la CEEAC et de l’UA et agit dans le cadre du Conseil de sécurité des Nations unies. Au sein de l’Union européenne, la France a été à l’origine, en juillet 2014, avec l’Allemagne, les Pays-Bas et la Commission européenne, de la création du premier fonds européen multi-bailleurs pour l’urgence et le développement, le fonds « Bêkou », qui a rapidement permis l’adoption et la mise en œuvre de projets dans les secteurs de la santé, de la sécurité alimentaire, des infrastructures urbaines et de la relance économique et sociale. Il est aujourd’hui alimenté à hauteur de plus de 250 millions EUR.

Enfin, la France a soutenu la RCA auprès des institutions financières internationales (obtention du point d’achèvement de l’initiative pays pauvres très endettés en 2009, octroi d’une facilité élargie de crédit du FMI, commission de consolidation de la paix etc.).

En décembre 2020 et en janvier 2021, à la suite d’entretiens téléphoniques avec son homologue Faustin Archange Touadéra, le président de la République a ordonné deux missions de survol par des Mirage afin de disperser les groupes armés présents sur le territoire centrafricain. Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargé du tourisme, des Français de l’étranger et de la Francophonie a par ailleurs assisté, le 30 mars 2021, à la cérémonie d’investiture du Président Touadéra.

Néanmoins, compte tenu de la poursuite de ces campagnes de désinformation et de l’absence de dialogue politique intérieur inclusif, la France a décidé de suspendre son aide budgétaire et une partie de sa coopération technique avec des ministères centrafricains. Elle maintient en revanche son aide qui bénéficie directement à la population centrafricaine.

Présence française

Site internet de l’ambassade : https://cf.ambafrance.org/
Communauté française : 719 ressortissants (dont 433 binationaux) enregistrés sur place.
Communauté centrafricaine en France : 6613 ressortissants centrafricains.

Visites

Le président de la République s’est entretenu à trois reprises par téléphone avec son homologue centrafricain, le 8 janvier 2021, le 23 décembre 2020 et le 17 avril 2021.
Le Président Touadéra participé au Forum de Paris sur la paix qui s’est tenu les 11-12 novembre 2019. Il a été reçu par le président de la République le 5 septembre 2019
La ministre des Armées, Florence Parly, s’est rendue en RCA les 10-11 décembre 2018 et les 8-10 juillet 2019.
Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, s’est rendu à Bangui les 1 et 2 novembre 2018.
Le Président Touadéra est venu en France en visite de travail le 8 mars 2018 le 20 mars et le 25 septembre 2017 et les 19-20 avril 2016.
Le Président de la République François Hollande s’est rendu à Bangui le 13 mai 2016, le 28 février 2014 et le 10 décembre 2013.

Ambassadeurs

Ambassadeur de France en RCA : Monsieur Jean-Marc Grosgurin (depuis le 1er septembre 2020)
Ambassadeur de RCA en France : Monsieur Michel Gbezera-Bria

Relations économiques

Exportations de la France vers la RCA : 34,1 millions EUR en 2019 (Douanes françaises)
Importations françaises depuis la RCA : 5,2 millions EUR en 2019 (Douanes françaises)

La France est le premier fournisseur et le premier client de la RCA. Les exportations françaises vers la Centrafrique ont connu une accélération en 2019 (+14,7 %) suite à la faible reprise de 2018 (+2,9 %).
Une vingtaine d’entreprises françaises sont aujourd’hui implantées en République Centrafricaine, dans différents secteurs structurants tels que les télécommunications (Orange), la logistique et le transport (Bolloré via sa filiale SOCATRAF, Air France, CMA CGM via sa filiale SDV), la grande distribution (Castel via sa filiale MOCAF, Somdiaa), ou encore le secteur pétrolier et énergétique (TOTAL). Powers (groupe SERIS) est le premier acteur de la sécurité du pays et principal employeur privé de Bangui (2500 employés). Orange est le premier opérateur du secteur des télécommunications. Air France est présent dans le secteur aérien et SOGEA-SATOM dans celui du BTP. MOCAF (groupe Castel) est le principal acteur du secteur de la boisson.
En dépit des crises successives et de pertes financières parfois lourdes, les entreprises françaises traditionnellement présentes ont non seulement maintenu leurs implantations (elles représentent aujourd’hui plus de 5 000 emplois directs), mais elles ont également continué d’investir en RCA (61 millions EUR sur ces cinq dernières années). Leur contribution à l’effort national est conséquente.
Le stock des investissement direct à l’étranger français en République centrafricaine s’établissait à 179 millions EUR en 2019, en baisse de 29 % par rapport à 2018.

Coopération culturelle, scientifique et technique

La France a octroyé plus de 76 millions EUR d’aide civile en 2014-16, qui s’ajoutent aux dépenses d’ordre militaire (Sangaris et appuis bilatéraux aux opérations de l’UE, EUFOR, EUMAM, EUTM, ainsi que de l’UA – MISCA – puis de l’ONU – MINUSCA). Lors des la conférence des donateurs, le 17 novembre 2016 à Bruxelles, la France a annoncé 85 millions EUR d’aide sur trois ans, dont 15 millions EUR pour le fonds « Bêkou », confortant son statut de 1er bailleur bilatéral. Elle a indiqué orienter son aide notamment vers un appui à la lutte contre les vulnérabilités économiques, la production de services aux populations, dont l’éducation et la santé, ainsi qu’aux capacités de coordination et de mise en œuvre de l’aide par l’État centrafricain. En matière d’aide au développement, la France a engagé 35 millions EUR en 2017, 33 millions EUR en 2018 et plus de 60 millions EUR en 2019, sans compter les contributions de la France via l’UE, à la MINUSCA et au Fonds mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme. Elle a ainsi honoré ses engagements de la conférence des donateurs organisée à Bruxelles le 17 novembre 2016.

Autre type de coopération

En vue de protéger les populations civiles face au cycle de très graves violences, la France a déployé à partir du 5 décembre 2013 l’opération Sangaris, en appui à la MISCA. Répondant à une demande des autorités centrafricaines, l’intervention française (qui a compté jusqu’à 2 000 hommes) s’est effectuée dans le cadre du mandat conféré par la résolution 2127 du Conseil de sécurité. Quatre soldats français sont morts dans le cadre de cette opération. Sangaris a pris fin le 31 octobre 2016, mais des soldats français participent aux missions de politique de sécurité et de défense commune (mission de formation de l’Union européenne en République centrafricaine EUTM RCA), et sont présents au sein de la MINUSCA. Aujourd’hui, plus de 300 soldats français sont présents sur le sol centrafricain, essentiellement pour des missions de formation des forces de défense et de sécurité centrafricaines.

Mise à jour : 01.07.21

Informations complémentaires