Relations avec l’Union européenne

(Membre fondateur, sans opt out)

Les Pays-Bas, membre fondateur des Communautés, ont été très impliqués dans la construction européenne (l’ancien ministre des Affaires étrangères, Frans Timmermans, est 1er vice-président de la Commission européenne). Bien que l’appartenance à l’UE des Pays-Bas ne semble pas devoir être mise en cause, le scepticisme à l’égard du projet européen n’a cessé de croître ces dernières années (rejet du Traité constitutionnel en juin 2005, percée du parti populiste d’extrême droite PVV, rejet par référendum d’initiative populaire de l’accord d’association avec l’Ukraine en avril 2016) et les Néerlandais attendent de leurs dirigeants qu’ils défendent les intérêts nationaux au sein de l’Union. Les principes néerlandais au niveau européen sont la subsidiarité, l’efficacité, l’équité et la responsabilité.

Les Pays-Bas prônent une Europe efficace et qui se concentre sur l’essentiel. Réticents à toute intégration plus poussée et au lancement de nouveaux chantiers dans le domaine économique, ils soutiennent les réformes structurelles, la consolidation budgétaire (ils sont sévères à l’égard des États membres les plus endettés) et l’investissement. S’ils soutiennent la lutte contre l’évasion fiscale, les Pays-Bas se montrent réticents à toute initiative européenne d’harmonisation fiscale.

S’agissant de la politique climatique, les Pays-Bas mettent l’accent sur l’Union de l’énergie, sur l’économie et l’agriculture circulaires, sur la mobilité durable et sur le développement de la finance verte. Ils ont une politique climatique ambitieuse, avec un objectif européen de réduction des émissions de CO2 de 55 % à l’horizon de 2030.

Le retrait britannique fait perdre aux Pays-Bas l’un de ses plus proches partenaires. Les Néerlandais ne se sont pas départis pour autant de leur solidarité avec la position commune des 27 dans les négociations de retrait.

Mise à jour : 25.02.19

Informations complémentaires

PLAN DU SITE