Présentation de la Papouasie-Nouvelle-Guinée

Partager

Présentation du pays

PAPOUASIE-NOUVELLE-GUINÉE {JPEG}

Données générales

Nom officiel : État Indépendant de Papouasie-Nouvelle-Guinée.
Nature du régime : Monarchie constitutionnelle
Chef de l’Etat : la reine Elizabeth II, représentée depuis le 28 février 2017, par le Gouverneur général de Papouasie-Nouvelle-Guinée, Sir Bob DADAE

Données géographiques

Superficie : 462 840 km²
ZEE : 2 402 288 km²
Capitale : Port Moresby
Villes principales : Lae, Madang, Goroka, Mount Hagen
Langues officielles : anglais, pidgin et hiri motu
Monnaie : Kina

Données démographiques

Population : 8 606 316 habitants (Banque mondiale 2018).
Densité : 29 hab/ km² (BM, 2018).
Croissance démographique : 2 % (BM, 2018)
Espérance de vie : 64 ans (BM, 2018)
Taux d’alphabétisation : 64 % (UNESCO, 2015).
Religions : protestants (64,3%), catholiques (26%).
IDH : 0,544 (153ème sur 189 pays)

Eléments d’actualité

Politique intérieure

M. James MARAPE est Premier ministre depuis le 30 mai 2019, suite à la démission de M. Peter O’NEILL, au pouvoir depuis 2011.

Alors que l’accès à l’indépendance (obtenue de l’Australie en 1975) s’est effectué sans heurts, le pays a connu un conflit séparatiste long de douze ans, qui a fait près de 20 000 morts dans la région autonome de Bougainville. Le référendum consultatif d’autodétermination prévu par l’accord de paix signé en 2001 s’est déroulé sans heurts en novembre 2019. Il a donné la victoire aux partisans de l’indépendance avec de 97% des voix (85% de participation). Des consultations entre le gouvernement central et les représentants de la province autonome devraient se dérouler dans la perspective d’un vote au Parlement pour une éventuelle indépendance.

La Papouasie-Nouvelle-Guinée a été l’un des seuls pays du Pacifique insulaire touché par l’épidémie de Covid-19, avec plus près de 3000 cas identifiés mi-mars 2021. Le nombre de cas est probablement sous-estimé du fait du faible nombre de tests et met sous pression des systèmes de santé fragiles.

Politique étrangère

L’Australie, ancienne puissance coloniale, demeure le principal partenaire politique, économique et commercial de la PNG, premier destinataire de l’aide au développement australienne en faveur des Etats insulaires océaniens (358 M EUR pour la période 2018-2019). Les relations entre les deux pays s’appuient désormais sur un partenariat stratégique et économique global, dévoilé à l’occasion d’un sommet virtuel le 5 août 2020 entre le Premier ministre australien M. Scott MORRISON et M. MARAPE. A la demande et sur financement de Canberra, la PNG a abrité un centre régional de traitement australien des demandeurs d’asile, sur l’île de Manus.

Dès son arrivée au pouvoir, M. MARAPE a déclaré vouloir sortir son pays de la dépendance économique à l’Australie d’ici dix ans : la Papouasie-Nouvelle-Guinée se tourne donc vers d’autres partenaires, notamment les puissances asiatiques - Japon, Corée du Sud, mais également Indonésie, Malaisie et surtout Chine – dont les intérêts, liés notamment à l’exploitation des richesses minérales, forestières et halieutiques, s’accroissent dans le pays. Dans le Pacifique insulaire, la PNG est ainsi le principal partenaire commercial de la Chine – qui détient près de 25% de la dette publique papouasienne – ainsi que la première destination de l’aide et des investissements chinois. La PNG a été le premier pays du Pacifique insulaire à rejoindre l’initiative chinoise des Nouvelles Routes de la Soie en juin 2018.

Acteur politique actif en Océanie, en particulier au sein du Forum des Iles du Pacifique (FIP), et membre fondateur du « Groupe Fer de Lance Mélanésien » (GFLM), créé en 1988, la PNG, est également membre de l’AOSIS (Alliance des petits Etats insulaires), membre de l’APEC dont elle a accueilli le sommet en 2018 et membre observateur de l’ASEAN, organisation à laquelle elle aspire à appartenir.

Situation économique

La Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG) est un pays à revenu intermédiaire bas avec un PIB par habitant de 2 360 €. La croissance de la PNG repose massivement sur son secteur extractif (26% du PIB, 82% des exportations). La baisse des prix de 2015-2016 a fortement impacté l’économie du pays. De manière plus générale, avec les tensions internationales, la crise du Covid-19 et la réduction de la demande chinoise, la croissance de la PNG se tourne progressivement vers d’autres secteurs d’activité économique.

Le pays est sensible aux catastrophes naturelles ce qui amplifie les effets de cycle. La PNG a subi une sécheresse en 2015-2016 et un tremblement de terre majeur en 2018. L’économie du pays est aujourd’hui ravagée par le Covid-19. Ces chocs réduisent la croissance économique à court-terme et sont généralement suivis par un rattrapage.

Malgré des ambitions affichées de réduction des déficits, la dette publique du pays est passée de 33% du PIB en 2017 à 38% en 2018.

Mise à jour : 20.03.21

Informations complémentaires