Présentation

Données générales

ouzbekistan

Présentation du pays

Nom officiel : République d’Ouzbékistan
Nature du régime : présidentiel
Chef de l’Etat et/ou du gouvernement : Chavkat Mirziyoïev (élu le 4 décembre 2016)

Données géographiques

Population : 31,1 millions (2015), soit la moitié des habitants d’Asie centrale
Densité : 68 habitants/km²
Croissance démographique : 1,6%
Espérance de vie : 68,4 ans (2014, PNUD)
Taux d’alphabétisation : 99 % (estimation UNESCO)
Religions : Islam sunnite (88 %), orthodoxes (9 %)
Indice de développement humain : 114ème sur 187 (classement PNUD 2015)

Données démographiques

Population (2016, Banque mondiale) : 31,8 millions
Densité : 60 habitants/km²
Croissance démographique (2016, Banque mondiale) : 1,74%
Espérance de vie (2015, Banque mondiale) : 71,1
Taux d’alphabétisation : 99 % (estimation UNESCO)
Religions : Islam sunnite (88 %), orthodoxes (9 %)
Indice de développement humain (2015) : 0,68, soit 114ème sur 187

Données économiques

PIB (2016, Banque mondiale) : 67,2 Md$
PIB par habitant (2016, Banque mondiale) : 1 961 $
Croissance (2016, Banque mondiale) : 7,3%
Chômage (au sens du BIT) (2016) : 5,2%
Inflation (2016) : 5,7% officiellement, 9,8% selon le FMI
Solde budgétaire (2016) : -1% du PIB
Balance commerciale (date) :
Principaux clients :
Principaux fournisseurs (2016) : Chine, Russie, Corée du Sud, Kazakhstan, Turquie et Allemagne
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (2016, Banque mondiale) :

  • agriculture : 17,6%
  • industrie : 32,8%
  • services : 49,5%

Exportations de la France vers l’Ouzbékistan (2016) : 95,9 M€
Importations françaises depuis l’Ouzbékistan (2016) : 59,8 M€

https://www.tresor.economie.gouv.fr/Ressources/Pays/ouzbekistan

Présence française

Site internet de l’ambassade : https://uz.ambafrance.org/
Consulat de France : Tachkent
Communauté française en Ouzbékistan : 97 inscrits (2016)

Eléments d’actualité

Politique intérieure

Fort de 32 millions d’habitants, l’Ouzbékistan concentre la moitié de la population d’Asie centrale et représente la deuxième économie de la région. La mort du président Karimov en septembre 2016, chef de l’Etat depuis l’indépendance du pays, a ouvert une période de transition politique. L’ancien Premier ministre Chavkat Mirziyoïev lui a succédé le 4 décembre 2016. Longtemps replié sur lui-même, l’Ouzbékistan envoie des signaux d’ouverture grâce aux réformes annoncées par le nouveau chef de l’Etat Mirziyoïev, malgré de fortes résistances internes.

Sur le plan économique, une libéralisation progressive a été engagée et des mesures phares annoncées comme la libre convertibilité du soum, en vigueur depuis septembre 2017, la consolidation du système bancaire et le développement des assurances. Un meilleur respect des lois et règlements, une simplification des procédures administratives et des privatisations doivent contribuer à améliorer le climat des affaires et à encourager les investissements étrangers.

Des signaux encourageants sont observés en matière de droits de l’Homme, même si la situation générale reste préoccupante. Quatorze prisonniers politiques ont été libérés depuis 2016 sur la liste des 22 noms défendus par l’Union européenne. Human Right Watch revient dans le pays et le CICR a été invité à reprendre ses visites en prison. Une coopération étroite a été mise en place avec l’OIT pour contrôler le recours au travail forcé, plus particulièrement des enfants, lors des récoltes de coton.

Situation économique

L’économie ouzbèke est la deuxième d’Asie centrale, derrière celle du Kazakhstan. Elle repose largement sur l’exploitation des matières premières. Les produits énergétiques (principalement gaz), le coton (1,3 M d’hectares cultivés), les métaux (or, uranium cuivre) et les engrais représentent les 3/4 des exportations. La prégnance de l’Etat dans l’économie reste forte. Le pays connaît depuis 2017 plus de réformes économiques qu’il n’en a connues en 25 ans.

Politique étrangère

L’Ouzbékistan poursuit une politique d’indépendance et d’équilibre des forces entre les grands acteurs présents en Asie centrale (Russie, Chine, Etats-Unis et Union européenne). Sa participation aux organisations régionales a été fluctuante au cours des années : membre associé de la CEI, il s’est retiré de l’Organisation du traité de sécurité collective, mais s’implique dans l’Organisation de coopération de Shanghai, dont Tachkent accueille depuis 2002 un centre de coordination de la lutte anti- terroriste.

Mise à jour : 19.12.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE