Relations avec l’Union européenne

Présentation

Le Maroc et l’Union européenne (UE) sont liés par un accord d’association signé en 1996 et entré en vigueur en 2000. En octobre 2008, sous présidence française de l’UE, le Maroc s’est vu reconnaître un « statut avancé ». Ce statut, qui s’inscrit dans le cadre établi par l’accord d’association de 2000, vise à un approfondissement des relations politiques, une intégration au marché intérieur par un rapprochement réglementaire, une coopération sectorielle et une dimension humaine.

Le Maroc est le premier bénéficiaire de la politique européenne de voisinage et de l’aide financière (près de 200M€/an). Des négociations sur un accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA) ont été lancées en mars 2013. Cet accord devrait constituer un instrument efficace pour la sécurisation des investissements et le développement des échanges commerciaux.

Un partenariat pour la mobilité (PPM) a été signé entre l’Union européenne, le Maroc et neuf Etats membres (France, Italie, Allemagne, Belgique, Espagne, Pays-Bas, Portugal, Suède et Royaume-Uni) le 7 juin 2013. Ce partenariat définit les objectifs à atteindre dans la gestion des flux migratoires entre le Maroc et l’Union européenne et les différentes actions à mettre en œuvre.

A la suite de l’arrêt du Tribunal de l’UE en décembre 2015 sur l’accord agricole UE/Maroc, le Maroc a annoncé la suspension de ses relations avec l’Union européenne en février 2016, ce qui a provoqué le report de nombreuses réunions de niveau technique et un ralentissement des négociations sur l’ALECA et les questions migratoires. L’arrêt du 21 décembre 2016 de la CJUE, qui distingue le territoire du Sahara occidental du territoire marocain, a confirmé ce refroidissement des relations. A ce jour, la coopération technique a repris, mais les contacts politiques sont limités à la gestion de l’affaire Polisario.

Le Maroc a également confirmé sa place de partenaire clef de l’UE et des Etats-Unis en Méditerranée. C’est un membre actif de l’Union pour la Méditerranée, dont le secrétaire général est de nationalité marocaine et du dialogue 5+5, dont il a assuré la co-présidence avec la France pour un an (2015/2016).

Mise à jour : 03.11.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE