Malte - Q&R - Extrait du point de presse (16.04.18)

Q - La journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia, qui enquêtait sur des sujets très sensibles et avait participé notamment aux révélations des Panama papers, a été assassinée il y a 6 mois. Il n’y a pas eu d’avancée dans l’enquête depuis décembre et l’arrestation de trois suspects. Alors que les projecteurs sont braqués sur Malte en ce jour anniversaire, et que des rassemblements ont lieu de Bruxelles à Washington en passant par Berlin et Londres, que fait Paris ? Est-ce un sujet de préoccupation pour la France ?

R - Six mois après l’odieux assassinat de Daphne Caruana Galizia, qu’elle avait immédiatement condamné, la France rappelle son attachement à la liberté de la presse et à la lutte contre l’impunité des crimes commis à l’encontre des journalistes.

En lien avec les autorités maltaises, la Commission européenne, le représentant pour la liberté des médias de l’OSCE et les ONG, nous suivons avec attention - notamment à travers notre ambassade à La Valette - le déroulement de l’enquête et le procès en cours.

Nous attendons que l’enquête en cours fasse toute la lumière sur ce crime.

La France, dont l’ambassadrice à La Valette avait assisté aux funérailles de Daphne Caruana Galizia, réitère à sa famille sa solidarité dans cette épreuve.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE