Libye - Q&R - Extrait du point de presse (30.09.19)

Q - Avez-vous une date pour la conférence de Berlin sur la Libye ? Quelle est la position et le message que la France portera à Berlin ?

R - Une réunion coprésidée par les ministres des affaires étrangères français et italien, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies le 26 septembre dernier à New York, a rassemblé le secrétaire général des Nations unies et son représentant spécial pour la Libye, les ministres des affaires étrangères de l’Allemagne, de la Turquie, de l’Egypte et des Emirats arabes unis, des représentants américain, britannique, chinois et russe, ainsi que la haute-représentante de l’Union européenne, Mme Federica Mogherini, le président de la Commission de l’Union africaine, M. Moussa Faki et le secrétaire général de la Ligue arabe.

Cette réunion a contribué à renforcer le consensus international en vue d’une sortie de crise en Libye. Il n’y a pas de solution militaire en Libye. C’est pourquoi la France appelle à un cessez-le-feu et à un retour au processus politique, sous l’égide des Nations unies et sur le fondement des paramètres agréés par les Libyens lors des conférences de Paris et Palerme et lors de la rencontre d’Abou Dabi, dans le but d’ouvrir la voie à des élections. Il s’agit notamment de la réunification des institutions libyennes et des réformes économiques et sécuritaires indispensables à la stabilisation du pays.

La réunion de New York a permis à la communauté internationale et aux acteurs régionaux d’exprimer leur unité et leur détermination à soutenir la médiation des Nations unies conduite par le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies, M. Ghassan Salamé.

Elle contribue aux efforts de la communauté internationale pour la Libye, notamment en vue d’une conférence internationale que l’Allemagne s’est proposée d’organiser à Berlin à l’automne. Elle a également confirmé le rôle central de l’Union africaine, qui sera notamment chargée de co-organiser avec les Nations unies une conférence inter-libyenne, dans le cadre du plan du représentant spécial qui a reçu le soutien du G7 lors du sommet de Biarritz.

Informations complémentaires