Libye – Placement sous sanctions d’Ibrahim Jadhran (12 septembre 2018)

La France salue l’adoption, par le Conseil de sécurité des Nations unies, le 12 septembre, de sanctions individuelles à l’encontre du ressortissant libyen, Ibrahim Jadhran. Ce dernier a porté une atteinte grave à la prospérité et à la stabilité de la Libye par les attaques armées qu’il a menées notamment contre les forces de l’ANL assurant la sécurité du croissant pétrolier.

La France rappelle que les ressources pétrolières, vitales pour la Libye, doivent demeurer sous le contrôle exclusif de la compagnie pétrolière nationale (National Oil Corporation) légitime et sous la seule supervision du Gouvernement d’entente nationale, pour le bénéfice de l’ensemble des Libyens, dans un esprit de probité et d’équité.

La France soutient toutes les initiatives s’inscrivant dans le cadre de la médiation des Nations unies qui concourent à une réconciliation inter-libyenne et à une stabilisation du pays. A ce titre, elle continuera de soutenir, avec ses différents partenaires, l’adoption de sanctions à l’encontre des individus et entités qui menacent la paix, la stabilité et la sécurité de la Libye, et qui obstruent le processus politique et ne respectent pas les interdictions d’exportations illicites de pétrole brut ou raffiné, en vertu des résolutions 2146 (2014), 2174 (2014), 2213 (2015) et 2259 (2015) du Conseil de sécurité.

Cette avancée témoigne des efforts de la communauté internationale en soutien de l’action du Représentant spécial du Secrétaire général, Ghassan Salamé, pour mettre en œuvre une solution politique conformément aux engagements pris à Paris le 29 mai dernier par les principaux protagonistes libyens.

Q – Le premier ministre libyen, M. F. Sarraj, et le ministre des Affaires étrangères italien ont émis des doutes hier sur la tenue d’élections le 10 décembre. Considérez-vous que ce calendrier est encore réaliste aux vues du contexte sécuritaire ?

R – La France est convaincue que seule une solution politique, sous l’autorité des Nations unies, permettra de stabiliser durablement la Libye. C’est l’objet de la feuille de route du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies, M. Ghassan Salamé, et le sens des engagements pris à Paris le 29 mai dernier par les principaux protagonistes libyens. C’est également la volonté qu’ont manifestée les Libyens qui se sont inscrits massivement sur les listes électorales.

La France continuera avec ses partenaires à soutenir les efforts des autorités libyennes et des Nations unies pour assurer la poursuite du processus politique et en particulier les conditions de la tenue des élections d’ici la fin de l’année.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE