Liban - Q&R - Extrait du point de presse (28 janvier 2019)

Q : Est-il exact que vous avez demandé à Israël, comme l’évoquent certains articles de presse, de n’entreprendre aucune frappe militaire au Liban avant la formation d’un gouvernement dans ce pays ? D’après ces mêmes sources, M. Le Drian a prévenu que le président Macron annulerait sa visite au Liban dans le cas contraire. Par ailleurs, confirmez-vous que M. Le Drian a également indiqué que la France avait récemment cessé de fournir son aide à l’armée libanaise ?

R : Il s’agit de spéculations qui n’ont aucun fondement.

La France est attentive à la situation au Liban et souhaite qu’un gouvernement soit maintenant formé au plus vite. Elle considère qu’il s’agit là d’une nécessité pour que la souveraineté, la sécurité et la stabilité du Liban prévalent dans un contexte régional difficile. Elle souhaite que les engagements pris par les autorités libanaises et les partenaires internationaux lors des conférences CEDRE et ROME II soient respectés et mis en œuvre.

La France, elle-même, maintient ses engagements et continue d’apporter son soutien à l’armée libanaise et aux forces de sécurité intérieure. Elle appelle en outre au strict respect des résolutions du Conseil de sécurité et salue l’engagement de la FINUL pour que le calme soit maintenu le long de la ligne bleue, à la frontière entre le Liban et Israël.

PLAN DU SITE