Liban - Extrait du point de presse (11 juin 2018)

Q - Que pensez-vous des annonces de Gebran Bassil concernant le refus d’attribuer des permis de séjour aux agents du HCR ?

R - Fermement attachée à la stabilité du Liban et à la préservation de ses équilibres, la France forme le souhait que les réfugiés syriens puissent rentrer dans leur pays et y vivre en sécurité et dans la dignité.

Dans ce contexte, elle appelle les parties en présence en Syrie à œuvrer de concert pour une solution politique et condamne fermement l’adoption par le régime syrien de la loi n°10 relative à l’expropriation qui empêche le retour des réfugiés.

Dans l’attente que les conditions pour un retour global soient réunies, la France continuera d’appuyer les efforts de la communauté internationale, qui se tient aux côtés du Liban face à la crise humanitaire.

C’est dans cet esprit que nous avons annoncé à l’occasion de la conférence de Bruxelles II le 25 avril dernier que l’effort français en faveur du peuple syrien et des communautés hôtes s’élèverait pour les années 2018-2020 à plus d’un milliard d’euros. La France renouvelle son soutien aux Nations unies et, en particulier, au Haut-commissariat pour les réfugiés, dans la conduite de leurs missions au Liban.

PLAN DU SITE