Présentation du Kazakhstan

Partager

Présentation du pays

KAZAKHSTAN {JPEG}

Données générales

Nom officiel : République du Kazakhstan
Nature du régime : Présidentiel
Chef de l’Etat : Kassym-Jomart Tokaïev (né le 17 mai 1953)
Chef du gouvernement : Askar Mamine

Données géographiques

Superficie : 2 724 900 km²
Capitale : Nour-Soultan (1 136 000 habitants)
Villes principales : Almaty (1 916 822 millions d’habitants - l’ancienne capitale demeure un pôle économique et culturel), Karaganda, Atyraou, Aktaou, Pavlodar, Chymkent
Langues officielles : kazakh (langue d’Etat), russe (langue officielle)
Monnaie : Tengué (1 euro = 516 Tengués en avril 2021)
Fête nationale : 16 décembre (Fête de l’Indépendance)

Données démographiques

Population (2021) : 18 917 200 millions d’habitants (population urbaine : 59 %)
Densité : 6 habitants / km²
Croissance démographique (2021) : 1,37 %
Espérance de vie (2019) : 73,18 ans (femmes : 77,3 ans ; hommes : 68,82 ans)
Taux d’alphabétisation : 99,5 %
Religions : islam sunnite de rite hanafite (70,2%) ; orthodoxie (26 %), minorités catholiques et protestantes

Éléments d’actualité

Politique intérieure

Première économie d’Asie centrale grâce à ses ressources en hydrocarbures, le Kazakhstan est dirigé par M. Kassym-Jomart Tokaïev, d’abord à titre intérimaire depuis le 19 mars 2019 puis en tant que président élu à l’isue du scrutin présidentiel du 9 juin 2019. Son prédécesseur, M. Noursoultan Nazarbaïev, qui a dirigé le pays depuis l’indépendance en 1991, demeure président du Conseil national de sécurité et a reçu les titres de "Premier président" et de Elbasy ("père de la nation"). De plus la capitale, Astana, a été officiellement renommée Nour-Soultan".

Le président Tokaïev a débuté un vaste programme de réformes, s’appuyant sur un nouvel organe consultatif, le Conseil national de la confiance publique. Ce programme comprend notamment des mesures de transparence budgétaire, économique et financière, l’assouplissement du régime d’autorisation des manifestations sur la voie publique, et l’abolition de la peine de mort (effective depuis le 4 janvier 2021).

Le parti au pouvoir, Nour-Otan, a obtenu 71 % des suffrages lors des élections législatives et locales du 10 janvier 2021, lors d’un scrutin au sujet duquel la mission d’observation électorale de l’OSCE et l’Union européenne ont regretté, notamment, l’absence de forces politiques d’opposition. Le 11 février 2021, le Parlement européen a approuvé une résolution très critique sur la situation des droits de l’homme au Kazakhstan et le déroulement des élections législatives du 10 janvier.

Politique étrangère

Le Kazakhstan applique une politique étrangère multivectorielle, prônant le multilatéralisme et désireux de contribuer à la résolution pacifique des conflits. Membre des grandes instances internationales (ONU, OSCE, OMC) et membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU pour le biennum 2017-2018, le Kazakhstan ambitionne de valoriser son potentiel économique et sa position géographique en s’affirmant comme puissance eurasienne émergente. Il est membre de plusieurs organisations régionales : Organisation du traité de sécurité collective (OTSC - 1992) ; Organisation de coopération de Shanghai (OCS - 2001) ; Union douanière (2010), devenue ensuite Union économique eurasiatique (UEE - 2015). La Chine, pays voisin, est son deuxième fournisseur derrière la Russie et son deuxième client après l’Union européenne.

Situation économique

le Kazakhstan est la première économie d’Asie centrale, concentrant plus de 50% du PIB de la région, soit 182 Mds USD en 2019, pour un PIB par habitant d’environ 9 750 USD. Après trois années de croissance du PIB à environ 4%, l’économie a connu en 2020 sa première année de récession (estimée à -2,7% par le FMI) depuis 1998 en raison de la crise liée à l’épidémie de coronavirus.
L’économie kazakhstanaise est atteinte à la fois du fait des restrictions liées à l’épidémie de Covid-19 mais aussi en raison de la baisse des cours des hydrocarbures.

En dépit des politiques de diversifications, l’économie kazakhstanaise repose encore en effet essentiellement sur l’extraction d’hydrocarbures. Le secteur pétro-gazier du Kazakhstan représente environ 17% du PIB et environ deux tiers des exportations. Le pays dispose de 2% des réserves mondiales de pétrole (12ème rang mondial). Le Kazakhstan est en outre le premier producteur mondial d’uranium et dispose d’importantes réserves de fer, manganèse, chrome, charbon et potassium.

La réponse des autorités consiste à mettre en œuvre un plan anti-crise qui devrait atteindre un montant global de 12 Mds USD (environ 7% du PIB), dont près de la moitié tiré de ressources budgétaires. La prévision de croissance du FMI pour 2021 s’établit à 3%.

Mise à jour : 05.05.21

Informations complémentaires