Italie - Q/R - Extrait du point de presse (13 juin 2018)

Q - Comment réagissez-vous aux déclarations du Président du Conseil italien, Giuseppe Conte, qui accuse la France de donner des leçons « "hypocrites" et qui "tourne le dos dès qu’il s’agit d’immigration » ?

R - Nous sommes parfaitement conscients de la charge que la pression migratoire fait peser sur l’Italie et des efforts que ce pays fournit. Aucun des propos tenus par les autorités françaises n’a bien entendu remis cela en cause, ni la nécessité de nous coordonner étroitement entre européens.

Le Président de la République et le Président du Conseil italien, Giuseppe Conte, s’en sont entretenus, à Charlevoix, en marge du G7, et le ministre de l’intérieur a eu des échanges hier avec son nouvel homologue italien.

Nous sommes attachés au dialogue et à la coopération que nous avons sur ces sujets avec Rome.

Pour nos deux pays, il est essentiel de parvenir rapidement à un accord sur la réforme du régime d’asile européen, de renforcer nos actions communes à destination des pays d’origine et de transit et, plus largement, de renforcer la protection de nos frontières extérieures. C’est le sens des travaux que nous entendons poursuivre avec nos partenaires italiens dans les tout prochains jours et qui seront naturellement au cœur de l’entretien prévu ce vendredi entre le président de la République et le président du Conseil italien. Sur ces questions, seule une réponse concertée peut être efficace.

Q - L’Italie a convoqué l’ambassadeur de France à Rome après des déclarations jugées "surprenantes" de la part de la présidence française sur le sort de l’Aquarius. Comment le Quai d’Orsay réagit-il à cette convocation ? La visite prévue vendredi à Paris du président du Conseil italien est-elle remise en cause ? La France a-t-elle également l’intention de convoquer l’ambassadeur italien à Paris ?

R - Les autorités italiennes, comme l’a annoncé la Farnesina dans son communiqué, ont convoqué notre ambassadeur « à la suite des déclarations faites en France au sujet de la situation de l’Aquarius ». Il ne nous appartient pas de commenter cette décision.

Le Président de la République a invité le Président du Conseil italien à se rendre à Paris ce vendredi, dans le cadre du dialogue soutenu avec l’Italie et que nous souhaitons toujours étroit, afin de travailler ensemble à la préparation du Conseil européen de juin, évoquer les principaux dossiers internationaux et poursuivre notre coopération bilatérale.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE