Processus de paix au Proche-Orient - Q&R- Extrait du point de presse

Q - Considérez-vous, comme le président palestinien Mahmoud Abbas, que les accords d’Oslo sont caducs après la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d’Israël et devant la poursuite de la colonisation israélienne des territoires palestiniens ?

R - La position de la France est constante : il n’y a pas d’alternative à la solution des deux Etats, vivant côte à côte en paix et en sécurité et ayant l’un et l’autre Jérusalem comme capitale.

La mise en œuvre de cette solution implique un accord librement négocié entre Israéliens et Palestiniens, comme les accords d’Oslo en avaient montré la voie. C’est pourquoi la France appelle les parties à s’abstenir de toute mesure susceptible de nuire à une reprise des négociations.

La France reste engagée en faveur de la résolution du conflit israélo-palestinien et est prête à prendre toute sa part dans les efforts nécessaires pour relancer une dynamique crédible.

PLAN DU SITE