Israël - Q&R - Extrait du point de presse (17.04.18)

Q - Le maire de Gennevilliers s’est vu refuser hier l’entrée du territoire israélien alors qu’il venait suivre des projets de coopération décentralisée. Quelle est la réaction des autorités françaises ?

R - Nous vous rappelons qu’il appartient aux autorités israéliennes de décider de l’entrée et de la sortie de ressortissants étrangers sur leur territoire.

Nous regrettons le refus d’entrée sur le territoire israélien opposé au maire de Gennevilliers, M. Patrice Leclerc, le 16 avril, après plusieurs heures de rétention à la frontière israélo-jordanienne. M. Leclerc, dont le déplacement s’inscrivait dans le suivi de la mise en œuvre de projets de coopération décentralisée engagés dans les Territoires palestiniens, a bénéficié de l’assistance de l’ambassade de France à Tel Aviv et du consulat général de France à Jérusalem.

De manière générale, nous souhaitons que les élus français puissent accéder au territoire israélien comme aux Territoires palestiniens dans l’exercice de leur mission.

PLAN DU SITE