Iran - Q&R - Extrait du point de presse (30 novembre 2017)

Q – Le président a répété hier qu’il fallait compléter l’accord nucléaire iranien par une discussion et un accord structuré sur le balistique et sur la place de l’Iran dans la région. Mais concrètement qu’est-ce que ça veut dire ? Dans quel format ? Avec qui ? Sur quelles bases ?


R – Comme je vous l’ai rappelé hier, la France est attachée à la mise en œuvre rigoureuse, par toutes les parties, de l’accord de Vienne. Il s’agit d’un accord robuste, dont la bonne application permet d’éviter que le programme nucléaire iranien soit détourné à des fins militaires. La France ne souhaite ni le renégocier ni l’amender.

S’agissant du programme balistique de l’Iran, il est non-conforme à la résolution 2231 du Conseil de sécurité et déstabilisant pour la région. C’est une préoccupation que nous devons traiter, en lien avec nos partenaires européens et américain, indépendamment de l’accord de Vienne. C’est un sujet sur lequel nous souhaitons également que les échanges progressent avec l’Iran, comme le président de la République l’a indiqué hier.

Par ailleurs, nous entretenons un dialogue politique avec l’Iran depuis plusieurs mois et qui nous permet d’aborder de façon globale ce sujet et d’autres, notamment les questions régionales sur lesquelles nous avons des attentes à l’égard de l’Iran.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE