Iran - Q&R - Extrait du point de presse (13 novembre 2017)

Q – L’Iran a opposé une fin de non-recevoir à la France qui souhaite compléter l’accord sur le nucléaire iranien par une "négociation" sur l’activité balistique de l’Iran et une "discussion" sur le rôle de ce pays dans la région. Dans ce contexte, quand le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian se rendra-t-il en Iran et sur quelles bases ?


R – Nous sommes attachés à une mise en œuvre exigeante du JCPOA tel qu’il a été accepté par toutes les parties, comme nous l’avons exprimé à plusieurs reprises.

La France est en outre préoccupée par la poursuite du programme balistique iranien, non-conforme à la résolution 2231 et source de déstabilisation pour la région.

Le dialogue politique entre la France et l’Iran est actif et permet d’aborder tous les sujets, notamment les questions stratégiques et les enjeux régionaux. C’est un dialogue exigeant que M. Jean-Yves Le Drian poursuivra lorsqu’il se rendra en Iran.

Q Quand la France, par la voix du président Macron, parle de "sanctions si besoin était" envers l’Iran sur le programme balistique de quoi parle-t-elle ? Sanctions européennes, onusiennes ?

R – Comme vous le savez, l’Union européenne a déjà sanctionné des entités iraniennes impliquées dans le programme balistique.

Si besoin était, de nouvelles sanctions pourraient être prises.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE