Iran - Q&R - Extrait du point de presse (18.10.18)

Q – L’envoyé spécial des États-Unis pour l’Iran a déclaré que le SPV en préparation par les Européens pour continuer le commerce avec l’Iran n’aurait quasiment aucune utilité vu le nombre d’entreprises internationales qui ont quitté l’Iran. Comment réagissez-vous à cela ?

R – Le travail actuellement mené sur le Fonds commun des créances (SPV) doit faciliter la réalisation de transactions financières pour les entreprises qui souhaitent entretenir des relations commerciales avec l’Iran, dans le respect du droit européen.

Il vise à créer un outil de souveraineté économique pour l’Union européenne au-delà de ce seul cas. C’est donc un travail de long terme qui protègera les entreprises européennes à l’avenir de l’effet de sanctions extraterritoriales illicites.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE