Iran - Q&R - Extrait du point de presse (18 ocotbre 2017)

Q - Téhéran a mis en garde hier les gouvernements européens contre toute tentation d’imposer de nouvelles conditions à la poursuite de l’accord sur le nucléaire, et a indiqué qu’il refuserait comme "conditions" des discussions sur l’influence régionale ou le programme balistique.
Quelle est votre réaction, alors que le ministre doit se rendre bientôt à Téhéran, à qui il a promis "un dialogue musclé" précisément sur ces questions ?

R - Jean-Yves Le Drian a réitéré notre position lors du conseil affaires étrangères du 16 octobre : "La prolifération est un enjeu crucial, un enjeu vital, une menace existentielle pour la sécurité et la paix dans le monde. Il y a un risque, si l’accord avec l’Iran n’est pas respecté, d’une relance de la course à l’armement nucléaire… Il y a eu une unité de vues sur l’accord de Vienne et sur la nécessité de le maintenir.
Une déclaration a été adoptée à cet effet car même si nous considérons que la menace balistique ou les comportements iraniens dans la grande région du Moyen-Orient sont dangereux, nous considérons qu’il faut séparer la question nucléaire, la question de la prolifération de l’ensemble des autres questions. Et donc respecter intégralement l’accord de Vienne. "

Informations complémentaires

PLAN DU SITE