Iran - Q&R - Extrait du point de presse (14.05.18)

Q – Le conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, n’a pas exclu dimanche des sanctions contre les entreprises européennes faisant affaire avec l’Iran. Avez-vous eu plus de clarté des États-Unis sur d’éventuelles nouvelles sanctions ?

R – L’accord nucléaire iranien, qui a été endossé par le Conseil de sécurité des Nations unies, demeure en vigueur. La France regrette la décision de retrait américaine. Elle ne la partage pas. Comme l’ensemble des autres parties, elle reste dans le cadre de l’accord. Elle continuera, avec ses partenaires européens, à mettre en œuvre ses engagements en matière de levée des sanctions tant que l’Iran continuera de mettre rigoureusement en œuvre ses propres obligations dans le domaine nucléaire. La France refuse le principe de sanctions extraterritoriales. Nous demandons aux États-Unis que le retour des sanctions américaines ne s’applique pas aux entreprises françaises et européennes qui commercent avec l’Iran ou y investissent dans le cadre prévu par l’accord nucléaire. La France agit pour protéger ses entreprises. Elle a établi, avec ses partenaires européens, des contacts avec Washington sur ce point. M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, s’est exprimé clairement sur le sujet. Dès demain, il réunira à Paris avec M. Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances, les entreprises françaises engagées en Iran. Il retrouvera le soir même à Bruxelles les ministres des affaires étrangères allemand et britanniques, la Haute représentante de l’Union européenne, ainsi que M. Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des affaires étrangères.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE