Iran - Déclaration à la presse de M. Laurent Fabius (Vienne, 2 juillet 2015)

Mesdames et Messieurs,

J’ai, au cours de tout l’après-midi, rencontré mes collèges négociateurs, l’Iranien, M. Zarif, l’Américain, M. Kerry, Mme Mogherini de l’Union européenne, l’Allemand, M. Steinmeier et M. Hammond du Royaume-Uni. Je viens de m’entretenir avec mon collègue, M. Wang Yi le négociateur chinois.

Il y a des choses qui ont avancé, mais nous ne sommes pas encore au bout de la négociation.
L’attitude de la France, vous la connaissez, c’est la même depuis le début et je l’appellerais la « robustesse constructive ». Nous voulons un accord mais un accord qui soit robuste, qui permette à l’Iran de développer le nucléaire civil mais pas la bombe atomique. Et tout découle de cette affirmation qu’il faut faire entrer dans les faits. Il va y avoir encore du travail qui va être accompli par nos collaborateurs et j’ai prévu de revenir à Vienne dimanche soir.

J’espère qu’à ce moment-là nous serons en situation d’avancer pour, peut-être, souhaitons-le, une solution définitive qui permettra un accord robuste. Merci

Pour en savoir plus

  • Iran - Nucléaire - Point de presse de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international (New York, 29/06/2015)

    "Il faut un accord, mais un accord robuste, c’est-à-dire, oui au nucléaire civil, mais l’arme atomique, l’arme nucléaire non. Avec nos collègues - puisque nous sommes six d’un côté, les cinq membres permanent du Conseil de sécurité et l’Allemagne et de l’autre l’Iran -, nous précisons, nous discutons des conditions pour que cet accord soit effectivement robuste. C’est très compliqué, très technique, très difficile. Il y a des aspects de politique internationale qui s’y mêlent, mais j’espère que l’on va arriver à un accord solide. C’est en tout cas la condition que nous voulons."

Informations complémentaires