Relations bilatérales

Partager

Relations politiques

La France a apporté son soutien politique, diplomatique, militaire (la France est le 2ème partenaire en termes d’effectifs de la Coalition contre Daech et participe à la mission NM-I de l’OTAN) et humanitaire aux autorités irakiennes dans la lutte contre Daech. Le Président de la République s’est engagé en octobre 2017 à doubler notre coopération avec l’Irak. Sous son impulsion, une feuille de route stratégique franco-irakienne a été signée le 2 mai 2019 par les ministres des affaires étrangères des deux pays. Elle énonce les fondamentaux de la relation franco-irakienne dans la décennie à venir et prévoit l’accélération de nos coopérations dans les champs de l’économie, de la culture, de l’éducation et du développement.

La France est mobilisée pour répondre aux importants besoins de stabilisation des zones libérées de Daech en Irak : en 2020, avec une enveloppe de dix millions d’euros, l’Irak était le deuxième pays d’intervention en matière de stabilisation du Centre de crise et de soutien (CDCS) du ministère de l’Europe et des affaires étrangères. Cette enveloppe a notamment permis de réhabiliter le bloc opératoire du centre de santé de Sinjar, région libérée de Daech en 2017, préalable à la construction d’un nouvel hôpital financée par la France, conformément aux engagements du Président de la République envers la prix Nobel de la paix irakienne d’origine yézidie Nadia Murad. Depuis 2017, la France a engagé 60 millions d’euros dans la stabilisation de l’Irak.

La France est également active via l’action de ses opérateurs du développement en l’Irak. L’Agence française pour le développement contribue à appuyer la résilience des populations hôtes, réfugiées et déplacées au Kurdistan irakien, au relèvement post-conflit via la relance de l’économie agricole et rurale ainsi qu’au retour des services publics à la population en particulier dans les secteurs de l’eau et de la santé. Expertise France met en œuvre des projets de soutien à la jeunesse et à l’entreprenariat. Canal France International accompagne les journalistes irakiens et contribue au renforcement des médias et de leur indépendance.

La relation entre France et l’Irak est particulièrement dynamique comme en témoignent les nombreuses visites de haut niveau qui ont eu lieu en 2020. Le Président de la République s’est rendu à Bagdad le 2 septembre 2020 où il a réaffirmé le soutien de la France à l’Irak et à sa souveraineté dans la lutte contre Daech et face aux ingérences extérieures. Le Premier ministre Mustafa al-Kadhimi s’est rendu à Paris le 19 octobre 2020. Les autorités françaises ont réitéré à cette occasion leur engagement dans la lutte contre Daech et marqué leur soutien à l’agenda de réforme et de souveraineté du gouvernement irakien ainsi qu’à la tenue d’élections législatives anticipées. Des visites ministérielles croisées et régulières sont intervenues à l’appui de ces déplacements des chefs d’Etat et de gouvernement entre la France et l’Irak.

Présence française

Consulats : section consulaire à Bagdad et consulat général à Erbil
Communauté française en Irak : 254 personnes hors ambassade.
Communauté irakienne en France : environ 3 900 personnes

Visites

Visites irakiennes en France :

  • 30 mars 2021 : M. Nechirvan Barzani, Président de la région autonome du Kurdistan
  • 4-8 Novembre 2020 : M. Jumaa Enad Al-Joubouri, ministre de la Défense de la République d’Irak
  • 19 octobre 2020 : M. Mustafa al-Kadhimi, Premier ministre de la République d’Irak
  • 18 septembre 2020 : M. Fouad Hussein, ministre des Affaires étrangères de la République d’Irak
  • 10-11 juillet 2019 : M. Nechirvan Barzani, Président de la région autonome du Kurdistan
  • 2-3 mai 2019 : M. Adel Abdel-Mahdi, Premier ministre de la République d’Irak
  • 25-26 février 2019 : M. Barhem Saleh Président de la République d’Irak
  • 2 décembre 2017 : M. Nechirvan Barzani, Premier ministre du Gouvernement régional du Kurdistan
  • 5 octobre 2017 : M. Haïder al-Abadi, Premier ministre de la République d’Irak (visite officielle)
  • 21 février 2017 : M. Massoud Barzani, Président de la région autonome du Kurdistan

Visites françaises en Irak :

  • 2 septembre 2020 : M. Emmanuel Macron, Président de la République
  • 26-27 août 2020 : Mme. Florence Parly, Ministre des Armées
  • 16-17 juillet 2020 : M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères
  • 17-18 octobre 2019 : M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères
  • 7-8 février 2019 : Mme. Florence Parly, Ministre des Armées
  • 14-15 janvier 2019 : M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères
  • 12 février 2018 : M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères
  • 6-7 décembre 2017 : M. Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères (commission mixte économique)
  • 26 août 2017 : visite conjointe de M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères et de Mme F. Parly, ministre des Armées
  • 2 janvier 2017 : M. François Hollande, Président de la République
Nom de l’ambassadeur de France à Bagdad : SE Bruno Aubert

Relations économiques

Les échanges commerciaux entre la France et l’Irak ont atteint 1,31 milliard d’euros en 2019, soit le plus haut niveau constaté depuis 2013 : tant nos exportations (+44%) que nos importations (doublement) ont progressé. Malgré cette dynamique, la part de marché française reste faible : elle représente moins de 1% du commerce extérieur de l’Irak. Les entreprises françaises sont actives dans des secteurs variés : hydrocarbures (Total), électricité (Schneider Electric, GE France), transports (Airbus, ADPi, Alstom, CMA-CGM, Renault Trucks, Thales), environnement (Degrémont, Veolia), construction (Lafarge est le premier investisseur étranger hors secteur pétrolier en Irak), santé (Sanofi), distribution (Carrefour) ou alimentation (Danone).

La France souhaite aujourd’hui participer activement à la reconstruction de l’Irak. Une ligne de financements d’un milliard d’euros sur quatre ans a fait l’objet d’un protocole d’entente signé en novembre 2019 pour favoriser la reconstruction de l’Irak au travers (i) de prêts souverains et d’assurance-crédit pour des grands contrats impliquant des entreprises françaises, de nature à augmenter notre part de marché modeste en Irak (1%) ; (ii) de prêts pour des projets de l’Agence Française de Développement.

Les visites bilatérales de haut niveau, dont celles du Président de la République à Bagdad en septembre 2020 et celle du Premier ministre irakien à Paris en octobre 2020, ont permis des avancées importantes dans notre partenariat économique. Une déclaration d’intention entre les deux ministères de l’agriculture, un protocole d’entente relatif à la fourniture de 100 sous-stations par Schneider Electric, une lettre d’intention sur le métro de Bagdad d’Alstom ont été signés à Paris le 19 octobre. Une lettre d’intention dans le secteur de la Défense a été signée le 5 novembre par la ministre des Armées et son homologue irakien à Paris.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Nos activités de coopération sont encadrées par un accord de partenariat pour la coopération culturelle, scientifique et technique et pour le développement qui a été signé lors de la visite d’État du Président Jalal Talabani, en novembre 2009, et ratifié par la France le 4 février 2015.

Coopération universitaire, scientifique et technique

En matière de coopération universitaire, un programme de bourses à coût partagé signé en 2019 permet à des chercheurs, des doctorants et des étudiants en master de bénéficier de mobilités académiques vers la France. Des projets structurels financés par le MEAE permettent le renforcement des capacités des universités irakiennes et la création de partenariats solides entre universités françaises et irakiennes.

Lors de la visite du Premier ministre al-Kadhimi à Paris en octobre 2020, le ministère de l’Enseignement supérieur irakien et la Conférence des Présidents d’Université française ont signé un mémorandum d’entente en vue de développer les capacités de recherche irakiennes.

En sciences humaines et arts, l’antenne de l’Institut Français du Proche Orient (IFPO) contribue fortement à la coopération académique avec les établissements irakiens. L’antenne de l’IFPO en Irak est installée à Erbil, depuis 2012, dans la "maison Chalabi", située à l’intérieur de la citadelle d’Erbil classée depuis juin 2014 au patrimoine mondial de l’UNESCO. L’IFPO intervient dans différents domaines, notamment l’archéologie (11 missions de fouille soutenues par le MEAE), les sciences sociales et humaines et l’histoire de l’antiquité.

Des coopérations récurrentes avec l’ENA pour la formation de hauts fonctionnaires irakiens (cycles courts) et avec l’ENM pour les juges (programme en coopération avec le PNUD de lutte contre la corruption) permettent de renforcer les liens institutionnels entre les deux pays.

Dns le domaine du journalisme et des médias, une formation annuelle avec l’Académie France 24 permet la formation d’une vingtaine de journalistes.
Enfin, la coopération dans le domaine de la formation professionnelle se développe depuis 2019, afin de répondre aux besoins d’insertion des jeunes irakiens.

Coopération éducative et linguistique

L’enseignement de la langue française

Une centaine d’écoles (sur près de 5 000) proposent aujourd’hui le français comme seconde langue étrangère, dont une soixantaine de lycées d’excellence où le français est obligatoire. La moitié d’entre elles se trouvent dans le gouvernorat de Bagdad où quelques 120 enseignants y sont affectés sur un total de 265 répartis sur tout le territoire. Le nombre total d’élèves apprenant notre langue est d’environ 45 000, de la cinquième à la terminale, sur un total de 4 million d’élèves inscrits en collège et en lycée. Le français compte est une épreuve à option au baccalauréat, permettant aux élèves d’obtenir de 1 à 2 points supplémentaires.

Deux mille élèves apprennent aussi le français au niveau élémentaire pour un total de 80 établissements privés, parmi lesquels deux établissements confessionnels à Bagdad (l’école Saint-Raphaël dirigée par des Dominicaines irakiennes et une école grecque orthodoxe). Dans la région autonome du Kurdistan, quelques écoles continuent à enseigner le français, supprimé des programmes en 2019, de manière optionnelle et un plan pilote sera proposé dès la rentrée 2021, dans certaines écoles d’Erbil, de Dohuk et de Souleymanieh intéressés par la mise en place de cours de français.
Une fois obtenu leur baccalauréat, ceux qui souhaitent poursuivre l’apprentissage de la langue française peuvent se tourner vers l’Institut français d’Irak (Bagdad et antenne d’Erbil) ou se diriger vers l’un des cinq départements de français publics du pays, implantés dans les universités de Bagdad (Universités de Bagdad et d’Al Mustansiriya), Erbil (université de Salaheddine), Kufa et Mossoul. A Erbil, il existe aussi une université privée, l’Université Libano-Française, qui propose une licence de français.

En 2021, les universités suivantes proposent une « licence en langue et littérature française » : l’Université de Bagdad comptabilise 284 étudiants pour 22 enseignants, l’Université de Al- Mustansiriya 271 étudiants (plus 72 en cours du soir) pour 27 enseignants, l’Université de Mossoul compte sur 172 étudiants et la récente Université de Kufa comptabilise 214 étudiants pour 5 enseignants. A Erbil, une licence de « lettres et de la littérature françaises » est proposée à l’université publique de Salaheddin à 120 étudiants et elle est assurée par une équipe de 11 enseignants, alors que l’université privée libano-française possède un effectif de 77 étudiants de « certificat de français » niveau licence pour une équipe de 8 enseignants. Un master de littérature ou de langue française est aussi proposé dans les départements de français des universités d’Al- Mustansiriya et de Mossoul. Le français est aussi enseigné comme matière optionnelle dans les facultés de tourisme, de sciences sociales et même de médecine de certaines universités privées en Irak fédéral et au Kurdistan.

Afin de développer l’enseignement de notre langue en Irak, un plan de formation continue a été mis en place à destination des enseignants du secondaire par l’intermédiaire d’un FSPI de deux ans. Par ailleurs, ce poste accompagne le changement de curriculum dans des départements de français des universités publiques, au niveau licence, en partenariat avec l’AUF.

L’enseignement en français

Depuis la signature d’une convention entre la Mission laïque française (MLF) et le Gouvernement régional du Kurdistan (GRK), le 9 octobre 2009 à Paris, la mission laïque française (MLF) a ouvert à la rentrée 2009-2010 deux écoles internationales françaises dans la région du Kurdistan d’Irak, à Erbil et à Souleymanieh.
Aujourd’hui, l’école d’Erbil est gérée par un comité de parents et l’école de Souleymanieh par une association « Dialog ». Les deux écoles ne sont donc plus membres de la ML, elles sont partenaires du réseau de l’AEFE, avec une homologation jusqu’au CM2 pour l’école Danielle Mitterrand de Souleymanieh et jusqu’à la sixième pour l’école Danielle Mitterrand d’Erbil. On comptabilise 208 élèves à Souleymanieh et 152 à Erbil. Les deux écoles sont soutenues par l’Ambassade de France.

Coopération culturelle

La plupart des activités culturelles qui avaient dû être temporairement suspendues dans le contexte de la guerre contre Daech, ont repris progressivement depuis 2016, tant à Bagdad qu’à Erbil, avant d’être à nouveau perturbées en 2020 par la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19.
La valorisation des acteurs culturels irakiens constitue l’un des axes prioritaires de notre politique culturelle. L’Ambassade de France en Irak soutient des plasticiens, des cinéastes, des comédiens ou des jeunes talents du secteur culturel, à travers l’organisation d’événements en Irak, ou leur participation à des projets et des formations en France. La participation croissante d’artistes irakiens ou la présentation d’œuvres irakiennes en France a ainsi été rendue possible grâce à un soutien de l’Ambassade : opération « Bagdad : mon amour », organisée à Paris par l’Institut des Cultures d’Islam en 2018 ; présentation à Besançon et au Mans de créations théâtrales et d’expositions en 2018 et 2019 ; participation d’artistes à des rencontres (MUCEM, IMA, Institut français, etc.).

L’Institut français d’Irak.

L’Institut français d’Irak (IFI) est redevenu l’institution culturelle étrangère de référence en Irak. Son objectif principal est de créer de l’affinité avec la France, en renouvelant son audience vers un public rajeuni et féminisé.

Inauguré en 2012 puis fermé en 2014, l’Institut français de Bagdad a rouvert partiellement au début de l’année 2017 (activité linguistique), puis plus largement en 2018, il propose depuis début 2019 une programmation culturelle normalisée avec un fort regain d’activité à Bagdad, où un programme mensuel est désormais établi. Après une période d’incertitudes au Kurdistan irakien, l’Antenne d’Erbil de l’IFI a également pleinement redémarré ses activités culturelles (spectacle vivant ; Fête de la musique ; résidences ; conférences ; Goût de France, etc.)

La France assume une forme de rôle moteur européen dans le domaine culturel. L’Institut français à Bagdad héberge dans ses locaux le Goethe Institut d’Irak (présence d’agents et activité de cours d’allemand) et l’Instituto Cervantes (activité de cours d’espagnol). Conformément au Traité d’Aix-la-Chapelle, l’IFI a engagé des préparatifs devant conduire à la fusion de son Antenne d’Erbil avec le Goethe Institut, prévue à l’horizon 2022. Dès 2021, les deux institutions proposent une programmation culturelle commune sur certains projets (diffusion de témoignages filmés à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes).

L’Institut français, pour produire de l’affinité culturelle, propose une large programmation ciblant particulièrement la jeunesse (spectacle vivant –musique, théâtre–, poésie, littérature, bande dessinée, etc.). Il engage également des activités centrées sur le jeune ou très jeune public (L’heure du conte, Goûters philo, gaming sessions, ateliers créatifs, ateliers musicaux, ateliers d’écriture, ateliers numériques). Il est un lieu de valorisation et de soutien à la jeune créativité irakienne, notamment dans les secteurs culturels émergents (cinéma, BD, musiques actuelles). Parallèlement, il se positionne comme un lieu de débat y compris à chaud sur les problématiques d’actualité en Irak (débat fin 2019 sur la constitution irakienne). Au-delà du débat d’idées, ce sont aussi la littérature, les arts plastiques et les séances de cinéma régulières qui constituent le cœur de la programmation de l’IFI.

L’ambassade, dans le cadre de la déclinaison en Irak du soutien aux industries culturelles et créatives, est engagée avec le soutien du ministère de la Culture dans la création, en juin 2021, du premier « Festival du Film Franco-Arabe de Bagdad », événement conçu pour connaître d’emblée une forte visibilité nationale et si possible internationale. Il se déroulera principalement hors les murs de l’IFI dans des lieux patrimoniaux de Bagdad. Dans ce cadre a lieu également un concours de court-métrages qui s’adresse à de jeunes talents.

La première vague de la pandémie en 2020 a conduit l’Institut français d’Irak à développer ses activités pédagogiques et culturelles en ligne en renforçant sa communication via ses réseaux sociaux (Instagram, Facebook, Youtube). Les cours de français langue étrangère (FLE) à distance ont permis de s’adresser à de nouveaux publics moins mobiles alors que dans le champ culturel toutes les disciplines ont été traduites en évènements à distance : webinaires littéraires, conférences sur l’islamologie, expositions virtuelles, retransmissions de concerts ou capsules vidéos thématiques (témoignages de personnalités françaises et irakiennes sur l’actualité). Plusieurs concours ont permis une interaction avec le public : l’Irak au temps de la Covid, Fête de la musique, concours de la francophonie… Une programmation quotidienne (tourisme, jeunesse, cinéma…) est venue enrichir le tout.

La multiplicité des évènements culturels en ligne a pour conséquence un accroissement considérable du flux de visiteurs sur les réseaux sociaux de l’IFI.

Mise à jour : 14.04.21

Informations complémentaires